Et si on arrêtait tout ?

Avatar du membre
sealine

Fivette de diamant
Messages : 1297
Enregistré le : 21 octobre 2016
Mon centre de PMA : 64- Polyclinique de Navarre (Pau)

Message non lu par sealine »

sobic59 a écrit :
sealine a écrit :Bonsoir les filles,

Mad je vois qu'on se retrouve ici, malheureusement.... je ne sais pas ce qui s'est passé pour toi, pour moi les embryons n'ont pas évolués, pas de transfert possible; il faut tout recommencer, en octobre surement

ce qui m'agace le + c'est de n'avoir aucun retour, c'est moi qui ai du appeler le biologiste pour faire le point.
J'avoue, j'ai pensé et je pense encore à tout arrêter; je me dis que nous ne devons peut être pas nous reproduire.. mon conjoint est détaché de tout cela, ça m'agace!!!!!!!

je suis perdue, émotionnellement, je ne supporte plus de voir une femme enceinte.. et je m'en veux de ressentir ça

concernant le lacher prise dont vous parlez les filles, je vis tout ça de façon détachée, lors des 2 tentatives, et résultat négatif.. je ne sais plus comment me positionner, j'y crois, j'y crois pas...

que d'émotions ce parcours PMA!!!!

heureusement que sur le forum on peut échanger sur ce genre de ressenti...

courage à vous toutes
salut Sealine !

j'avoue que l'aspect humain dans ce genre de parcours est plutot mis de côté alors que c'est quand même contraire au fait d'avoir un bébé ! je n'ai pas non plus eu de retour sur les examens .... c'est parce que je suis retournée voir ma gynécologue hier soir qu'elle m'a expliqué les embryons , pourquoi et comment . idem le spermogramme n'est toujours pas arrivé à la maison ...
concernant ton conjoint, malheureusement cela reste un homme ... et comme il ne le vit pas de l"intérieur c'est à des années lumieres de ce qu'il pourrait imaginer .
combien de fois je me suis prise la tête car il ne posait jamais de question ( surtout sur les 14 derniers jours ) pour savoir ou on en était , si j'avais eu mes regles ...
cette fois ci , comme c'était notre première fiv il a été beaucoup plus proche et à s'interesser ... il a même été deconcerté quand je lui ai dis que cela n'avait pas marché ...
là il m'a même dit que pour le moment il ne fallait plus rien faire car c'était trop dure de me voir dans cet etat à chaque fois ( chose qu'il ne m'avait jamais dit avant ...)
donc je pense qu'il ne faut pas focaliser sur lui car on ne parle pas le même langage et on n'a pas les memes attentes de part le fait qu'on ne soit pas du même sexe . certaines auront la chance d'avoir un mari qui a ce côté féminin en lui et qui va être au ptit soin mais ce n'est clairement pas la majorité des cas .
quand au lacher prise , c'est une façon de voir les choses . peut être que ton detachement n'est pas réel et que c'est juste une façon de se voiler la face ... une forme de bouclier inconscient mais il est clair que cela ne peut que t'impacter au fond de toi ....
lacher prise c'est plutot faire autre chose pour se faire plaisir et penser autrement . on ne peut pas nier que l'on est entrain d'essayer d'avoir un enfant mais c'est juste une façon de le vivre différemment . Car je ne pense pas que s'en detacher complétement soit une solution pour autant
il faut essayer de trouver un juste milieu ! et pour faire encore référence à nos hommes , parfois ca m'arrange aussi qu'il ne se préoccupe pas trop de tout ca car au moins ca evite de focaliser sur le sujet .
ils en ont très certainement autant envie que nous mais simplement ils ne le disent pas ... nous il faut qu'on l'extériorise , eux fonctionnent souvent à l'inverse .

Pour moi aussi retour à la case depart .... la gynécologue m'a dit hier , on laisse passer un cycle et début des regles on recommence !
faut continuer d'y croire et puis si on a epuisé toutes nos " cartouches" , là nous aurons tout le temps de dire c'est bon on arrete .
faut juste apprendre à le vivre autrement pour eviter que cela ne nous pourrisse la vie ... même si c'est plus facile à dire qu'à faire je le concoit mais on finit par y arriver ...

aller courage !!!
BOnsoir Sobic,

je te réponds un peu tard mais me voilà; je me retrouve tout à fait dans tes paroles, homme /femme on ne vit pas les choses du tout de la meme façon, mais je me dis qu'on fait des fiv parce que mon conjoint a des soucis au niveau de ses spermato et il n'en parle jamais! je me pique jusqu'à 4 fois par jour pendant les protocoles, et il ne sait jamais ou j'en suis, si je passe écho ou pas etc...
je sais que je lui en demande peut -etre trop, je ne veux pas l'avoir sur le dos, mais je voudrais juste avoir un peu de compassion, surtout qu'au niveau de la famille , aucun soutien

mais comme tu dis, au moins ça évite que ça devienne une obsession, c'est loin d'etre le sujet dont on parle H24!

comment allez vous toutes?
moi 40 ans, lui 42
Lui = OATS extrême
Moi= adenomyose
2017
FIV ICSI 02/2017= notpregnant
FIV ICSI 2 = pas d'embryons
FIV ICSI 2 bis =
13/11/17 = pregnant
07/2018 = cigooogne
2020: en route pour bb 2, covid, on attend.....
FIV ICSI 1= 11/20 notpregnant
( je contracte le covid durant la fiv )
FIV ICSI 2 = 02/21 = ponction, pas de transfert
3 embryons congelés.
TEC 1, 2 notpregnant
06/ 21 = ménopause artificielle 3 mois
09/21 = TEC 3 notpregnant
FIV ICSI 3 = 03/22 : encore covid .
Mai 2022= TEC = notpregnant
Attente septembre pour coelio explo
Reste 1 fiv.....
Avatar du membre
CocoFanch

Fivette fidèle
Messages : 94
Enregistré le : 27 juin 2016
Mon centre de PMA : 37- Pôle Santé Léonard De Vinci (Chambray-lès-Tours)
Âge : 47

Message non lu par CocoFanch »

Bonjour à toutes,

me revoilà pour un petit témoignage car je n'étais pas revenue depuis janvier...
Je fais partie de celles qui décident de tout arrêter ... enfin, on a décidé tous les deux que ça suffisait... Même si on était très solidaires tous les deux on a bien cru qu on allait y laisser notre couple dans ces FIV... alors stop ! J'avais grossi, gonflé, je me sentais mal et moche, mon homme ne me supportait plus dans cet état physique et psychologique, c'était horrible !

J'ai revu mon gygy après deuxieme FIV infructueuse et j'ai été si mal reçue qu'on a été tres choqué... je voulais savoir ce qui s'était passé, qu on nous explique un peu, qu on parle de tout ça, qu on pèse ensemble avec le gygy le pour et le contre... lui il commençait d'emblée à me dire qu on allait faire tel ou tel traitement etc... et quand on a dit "il faudrait peut être nous demander si on veut continuer non, avant ?" le gygy a pris la mouche "Pourquoi vous êtes venus si vous ne voulez pas continuer ??"... "Ben on voudrait parler avec vous de nos chances etc... des solutions... vous commencez à me parler de tel ou tel dose de je sais pas quoi... " il a poussé mon dossier genre je ne l intéressais plus quoi... j 'étais crevée, moralement j'étais au fond du trou je me sentais à côté de moi même... on est donc parti avec une prescription pour un comptage ovocytes que je n'ai même pas fait, d'ailleurs...
En fait ce qui nous a fit flipper c'était de se dire, bon au bous de deux pas de fécondation... si on fait une troisième en ICSI cette fois... ça sera quoi le prochain trip ? l'implantation ? puis le risque de fausse couche ? puis la trisomie car j'ai 42 ans ?? et à chaque fosi on recommence ? stop... à mon âge j'ai autre chose à faire je crois...
Depuis j'ai perdu 8 kilos, je me sens mieux. Je me remets à avoir des projets à penser à autre chose qu'à mes cycles, mes ovulations etc... eh ben ça fait du bien !!!
Si un bébé veut venir s implanter il sera le bienvenu mais je ne veux pas me ruiner la santé, le moral et mon couple ...
43 ans, lui 33 ans
Essai depuis 09/2015
Moi AMH basse (0.8)
2 FIV fin 2016 et début 2017
nuitamour le 2 avril
DPA le 31 décembre !!!! :-D
Avatar du membre
drago

Fivette de diamant
Messages : 1675
Enregistré le : 28 février 2016
Mon centre de PMA : 42- Hôpital Nord (St Etienne)
Âge : 47

Message non lu par drago »

bonjour à toute
mon parcours est dans ma signature
je reviens que ponctuellement sur le forum qui a m'a beaucoup aidé, un temps, avant notre dernier échec
je voudrais vous faire partager ce texte, cette histoire que j'ai trouvé et que j'ai totalement adopté car elle EST mon histoire et celle de mon couple
je ne dis pas que faire un deuil, passer à autre chose est simple et dans tous les cas cela ne se fait pas sur un coup de baguette magique
c'est une construction, longue, douloureuse avec des retours arrières mais cela chemine
plein de courage à toutes et tous (n'oublions pas nos hommes qui en majorité y laisse aussi des plumes)
voici ci après le texte en question

Vouloir un enfant
«C’est une histoire très banale de temps qui passe. Nous nous sommes rencontrés tard, nous nous sommes aimés alors que mon horloge biologique battait déjà les coups de la quarantaine. Très vite, nous avons eu envie d’un enfant, parce que nous savions que les années nous étaient comptées. Les examens étaient rassurants, les médecins confiants. Vinrent alors, successivement, les stimulations hormonales, les inséminations artificielles, les FIV. Un chemin douloureux, avec sa succession de deuils. D’abord celui, mensuel, de l’arrivée des règles. Puis celui de pouvoir concevoir normalement. Enfin, celui d’être capable de donner la vie. Et, fidèles compagnes des deuils, suivirent la colère – devant l’injustice : pourquoi les autres et pas nous ? – et la culpabilité, cette petite voix qui nous murmurait à l’oreille : es-tu absolument certaine de vouloir un enfant ?
Un couple à l'épreuve
À toutes ces révoltes, nous avons essayé de trouver des réponses différentes. Chacun d’entre nous est allé décrypter son désir d’enfant chez un psy. Nous avons testé l’énergétique, les huiles essentielles, l’hypnose, l’homéopathie… Nous avons sondé notre inconscient, torturé notre arbre généalogique pour y trouver l’origine du traumatisme, ouvert nos chakras, écouté avec bienveillance ceux qui nous disaient : “Lâchez prise”, comme si c’était possible… Rien n’est venu. Nous ne trouvions aucune réponse à la question : “Pourquoi ça ne marche pas ?” Ces chemins pas drôles, nous avons réussi à les parcourir à deux, sans nous lâcher la main. Bien sûr, pas toujours en phase et pas toujours dans l’harmonie. Mon conjoint se sentait souvent seul, comme un simple “pourvoyeur de sperme”. Moi, le corps malmené par des injections massives d’hormones, je subissais des réactions émotionnelles qui me donnaient l’impression d’être sur les montagnes russes. Il nous a fallu mettre beaucoup de mots sur ces malaises pour les dissiper.
Arrêter d'essayer
Et puis, au bout de trois ans, il y eut le jour de trop. Un énième espoir déçu, une douloureuse fausse couche après un parcours de don d’ovocytes… et, cette fois-là, le découragement l’a emporté sur la tristesse. Notre réaction n’a plus été : “C’est raté, nous recommencerons”, mais : “Pitié, nous ne voulons plus recommencer.” Ce stade-là atteint, nous avons compris que nous étions passés du désir au combat. Une lutte contre le sort, contre la nature, contre nous-mêmes. Depuis combien de mois n’avions-nous pas écouté nos véritables envies ? Celles de cesser de compter les jours ; celles de faire l’amour sans obligation; celle d’être libres de parler d’un futur sans se demander si un enfant en serait ou pas… À nos proches, nous avons simplement dit : “C’est fini, on arrête.” Il nous a fallu affronter les prédictions – “Tu vas voir, maintenant que tu as renoncé, ça va venir” – auxquelles on ne peut s’empêcher de croire, et les évidences culpabilisantes : “Il y a plein d’enfants malheureux à adopter.” Non, nous n’adopterons pas. Pour plein de bonnes raisons qui nous sont propres et que des bien intentionnés, armés de leurs beaux enfants biologiques, n’hésiteront pas à taxer d’égoïsme. Et parce que nous refusons d’échanger une lutte contre une autre.
Un couple toujours solide
À nos yeux, accepter de ne pas avoir d’enfant, c’est accepter la mort totale, celle sans descendance. Accepter que “toi plus moi égale rien”, comme “un plus un égale zéro”. Accepter que de ce bel amour, rien ne survive après nous. Accepter, quand l’un des deux partira, que le survivant se retrouve seul. Ne pas avoir d’enfant, c’est devoir se poser toutes les questions d’une autre fécondité. Personnelle : c’est quoi, être une femme sans enfant de l’homme qu’elle aime? C’est quoi, être un homme qui n’a pas su faire un enfant à celle qu’il aime ? Et conjugale : quel est le sens de notre histoire ? Quel pari que de devoir trouver un “faire” qui ne soit pas “faire un enfant” ! En y réfléchissant, nous avons pris conscience de nos chances. Celle que la science ait pu nous aider à aller au bout de ce que nous pouvions espérer. Celle qui fait que nos regrets ne se transformeront pas en remords. Celle que notre couple ait conservé sa tendresse, son humour et sa légèreté, dans la lutte comme dans la défaite. Aujourd’hui, nous nous aimons mieux que jamais. Mais restera toujours la douleur enfouie au plus profond de soi dans un puit de pleurs.»
moi 43,une fille 16 ans, amh 1,20 (en 2015) lui 47 0 enfant: misteer poucehaut
3 IAC notpregnant (2015) et 2 FIV (2015 et 2016) 0 embryons
3ème fiv (2016) 1 embryon : notpregnant
FIV DO à BILBAO IGIN : nov 2016: transfert de deux blasto pds pregnant : 25/11: 184 -dec 2016: 3700 mais grosses pertes de sang
aux urgences: écho précoce le 3 dec 2016 vision d'un sac gestationnel
2eme écho aux urgences car encore grosse pertes de sang: un embryon et un coeurquibat le 10 dec
12 dec 2016: fausse couche. tout est TERMINE
FIN PMA
Avatar du membre
CocoFanch

Fivette fidèle
Messages : 94
Enregistré le : 27 juin 2016
Mon centre de PMA : 37- Pôle Santé Léonard De Vinci (Chambray-lès-Tours)
Âge : 47

Message non lu par CocoFanch »

Ton témoignage est magnifique Drago... C'est tellement ça ce que l on ressent... accepter qu il ne subsistera rien de "nous"... de notre amour, de notre histoire. J'ai un fils pour ma part un grand gaillard de bientôt 20 ans alors, je ne serai pas morte quand mes yeux s'ouvriront vers l'éternité, mais c 'est pour mon compagnon que je trouve que c'est injuste, il a perdu son père à 10 ans et si nous continuons notre vie ensemble, il n'y aura pas de suite de son existence et c'est un être génial qui mériterait de vivre encore dans les traits et dans la mémoire d'un enfant...
C'est pas super joyeux notre discussion mais c 'est pourtant bien de cela que nous parlons qd on parle de donner la vie.

Bises à toi et aimons-nous !!!!
43 ans, lui 33 ans
Essai depuis 09/2015
Moi AMH basse (0.8)
2 FIV fin 2016 et début 2017
nuitamour le 2 avril
DPA le 31 décembre !!!! :-D
Avatar du membre
drago

Fivette de diamant
Messages : 1675
Enregistré le : 28 février 2016
Mon centre de PMA : 42- Hôpital Nord (St Etienne)
Âge : 47

Message non lu par drago »

CocoFanch a écrit : 18 août 2017 à 14:48 Ton témoignage est magnifique Drago... C'est tellement ça ce que l on ressent... accepter qu il ne subsistera rien de "nous"... de notre amour, de notre histoire. J'ai un fils pour ma part un grand gaillard de bientôt 20 ans alors, je ne serai pas morte quand mes yeux s'ouvriront vers l'éternité, mais c 'est pour mon compagnon que je trouve que c'est injuste, il a perdu son père à 10 ans et si nous continuons notre vie ensemble, il n'y aura pas de suite de son existence et c'est un être génial qui mériterait de vivre encore dans les traits et dans la mémoire d'un enfant...
C'est pas super joyeux notre discussion mais c 'est pourtant bien de cela que nous parlons quand on parle de donner la vie.

Bises à toi et aimons-nous !!!!
moi aussi j'ai une fille d'une autre union et pour mon mari il ne restera rien de nous une fois que je serai partie, et inversement sauf les souvenirs
c'est aussi quelqu'un de merveilleux, un super beau papa que ma fille adore car il répare tellement de choses de l'absence et de l'incompétence de son propre père
on imagine alors quel père merveilleux il aurait fait
oui c'est une douleur, oui ce n'est pas super joyeux de penser et vivre tout cela mais c'est la vie, c'est notre vie et il faut faire avec
je te souhaite aussi le meilleur à venir
moi 43,une fille 16 ans, amh 1,20 (en 2015) lui 47 0 enfant: misteer poucehaut
3 IAC notpregnant (2015) et 2 FIV (2015 et 2016) 0 embryons
3ème fiv (2016) 1 embryon : notpregnant
FIV DO à BILBAO IGIN : nov 2016: transfert de deux blasto pds pregnant : 25/11: 184 -dec 2016: 3700 mais grosses pertes de sang
aux urgences: écho précoce le 3 dec 2016 vision d'un sac gestationnel
2eme écho aux urgences car encore grosse pertes de sang: un embryon et un coeurquibat le 10 dec
12 dec 2016: fausse couche. tout est TERMINE
FIN PMA
Avatar du membre
Mad07

Fivette d'or
Messages : 575
Enregistré le : 18 mars 2016
Mon centre de PMA : 92- Hôpital Antoine Béclère (Clamart)
Âge : 41

Message non lu par Mad07 »

Bonsoir à toutes,
Coco, Drago, que dire? Je suis dans les mêmes réflexions que vous... Le troisième échec a été celui de trop, je ne me reconnais plus non plus, j'ai perdu ma joie de vivre, l'année que j'ai passée me semble irréelle tellement elle a été difficile sur tous les plans. Psychologiquement, je suis au bout de mes capacités et j'ai eu la réaction vitale de dire stop. Stop avant que je ne me détruise complètement, stop avant que mon couple y passe, stop avant que je devienne un légume dépressif célibataire :lol:
Ma priorité aujourd'hui est d'aller mieux, d'aller bien, de me retrouver, de reprendre du plaisir dans les choses simples de la vie, de retrouver l'envie de travailler, de voir mes ami(e)s, de voyager... Ne plus ressentir cette sensation d'oppression horrible qui m'empêche parfois de respirer, ne plus pleurer pour un rien un jour sur deux... Voilà, ça fait maintenant 1 mois et demi que la décision d'arrêter, du moins temporairement, a été prise. Il y a du mieux, mais ce n'est pas encore ça. La pente est dure à remonter, surtout quand, comme aujourd'hui, une amie proche m'annonce qu'elle est enceinte de 3 mois de son deuxième... Les larmes viennent et je les accepte. J'espère qu'un jour je n'en aurai plus et que je saurai vivre sereinement avec mon destin.
Je vous embrasse fort :smack:
Moi: 37 ans - RAS / Lui 36 ans: azoo suite à chimio / Préservation de gamètes effectuée en 2006
FIV1 - 10/2016 - 12 ovocytes => 2 embryons à J2 - Transfert d'un J2: notpregnant
FIV 2: 02/2017 - 10 ovocytes => 5 embryons à J2 - à J5 aucun n'a survécu... :-( pas de transfert.
FIV2 bis: 12 follicules antraux mais 5 seulement qui grossissent / Ponction de 3 ovocytes seulement dont un seul de mature, un ovocyte congelé... pas de mise en fécondation, pas de transfert
Inscription CECOS Cochin - IAD1 en mai 2018 fingers
Avatar du membre
drago

Fivette de diamant
Messages : 1675
Enregistré le : 28 février 2016
Mon centre de PMA : 42- Hôpital Nord (St Etienne)
Âge : 47

Message non lu par drago »

Mad07 a écrit : 18 août 2017 à 20:57 Bonsoir à toutes,
Coco, Drago, que dire? Je suis dans les mêmes réflexions que vous... Le troisième échec a été celui de trop, je ne me reconnais plus non plus, j'ai perdu ma joie de vivre, l'année que j'ai passée me semble irréelle tellement elle a été difficile sur tous les plans. Psychologiquement, je suis au bout de mes capacités et j'ai eu la réaction vitale de dire stop. Stop avant que je ne me détruise complètement, stop avant que mon couple y passe, stop avant que je devienne un légume dépressif célibataire :lol:
Ma priorité aujourd'hui est d'aller mieux, d'aller bien, de me retrouver, de reprendre du plaisir dans les choses simples de la vie, de retrouver l'envie de travailler, de voir mes ami(e)s, de voyager... Ne plus ressentir cette sensation d'oppression horrible qui m'empêche parfois de respirer, ne plus pleurer pour un rien un jour sur deux... Voilà, ça fait maintenant 1 mois et demi que la décision d'arrêter, du moins temporairement, a été prise. Il y a du mieux, mais ce n'est pas encore ça. La pente est dure à remonter, surtout quand, comme aujourd'hui, une amie proche m'annonce qu'elle est enceinte de 3 mois de son deuxième... Les larmes viennent et je les accepte. J'espère qu'un jour je n'en aurai plus et que je saurai vivre sereinement avec mon destin.
Je vous embrasse fort :smack:
coucou mad
j'avais suivie ton parcours quand j'étais encore dans le mien
le plus grand courage c'est d'accepter d'arrêter ce parcours et de faire le choix du couple, le choix de l'amour et d'abandonner le rêve de la famille
et quand le choix est fait on peut dire que nous avons transcendé notre choix de vie.
aujourd'hui je me recentre sur l'essentiel de ma vie et ce qui me pèse, les gens qui me gavent, je ne les subie plus, même par pur convention social
j'ai trop subi leurs remarques, leurs je sais tout, leur hypocrisie compatissante, leur jugement à l'emporte pièce,
ma souffrance je la garde, je la gère comme je veux et leurs petites histoires de vie plus ou moins heureuse ne m'intéresse pas

je vis ma vie, je vis mon histoire et seul cela compte
il arrive un moment où la douleur est tellement intense qu'on ne parle plus, qu'on ne se plaint plus car on n'a plus la force
mais on avance, par amour et parce que l'être aimé est à nos côtés et seul cela compte à présent
plein de bonne chose pour vous deux bbras
moi 43,une fille 16 ans, amh 1,20 (en 2015) lui 47 0 enfant: misteer poucehaut
3 IAC notpregnant (2015) et 2 FIV (2015 et 2016) 0 embryons
3ème fiv (2016) 1 embryon : notpregnant
FIV DO à BILBAO IGIN : nov 2016: transfert de deux blasto pds pregnant : 25/11: 184 -dec 2016: 3700 mais grosses pertes de sang
aux urgences: écho précoce le 3 dec 2016 vision d'un sac gestationnel
2eme écho aux urgences car encore grosse pertes de sang: un embryon et un coeurquibat le 10 dec
12 dec 2016: fausse couche. tout est TERMINE
FIN PMA
Avatar du membre
Mad07

Fivette d'or
Messages : 575
Enregistré le : 18 mars 2016
Mon centre de PMA : 92- Hôpital Antoine Béclère (Clamart)
Âge : 41

Message non lu par Mad07 »

coucou drago,
merci pour tes mots, ta compréhension, ta philosophie de vie! nous avons encore une étape à franchir, celle du rdv au cecos. Pour le moment, je n'arrive pas à m'y faire, mon conjoint est plus pragmatique... Mais porter un enfant qui n'est pas issu de lui m'est difficile à concevoir pour le moment.
Se recentrer sur soi est la chose à faire en priorité, mais j'ai du mal à y parvenir, c'est dans mon tempérament de vouloir maintenir le lien avec les autres au détriment de mes propres intérêts parfois. Mais j'y travaille. Je n'arrive pas encore à faire le deuil de la maternité, mais je ne veux plus de la PMA dans ma vie pour le moment, cela peut sembler contradictoire et cela génère d'ailleurs beaucoup d'angoisses et de mal-être... si tu as des conseils pour avancer plus vite, je suis preneuse! ;-)
Moi: 37 ans - RAS / Lui 36 ans: azoo suite à chimio / Préservation de gamètes effectuée en 2006
FIV1 - 10/2016 - 12 ovocytes => 2 embryons à J2 - Transfert d'un J2: notpregnant
FIV 2: 02/2017 - 10 ovocytes => 5 embryons à J2 - à J5 aucun n'a survécu... :-( pas de transfert.
FIV2 bis: 12 follicules antraux mais 5 seulement qui grossissent / Ponction de 3 ovocytes seulement dont un seul de mature, un ovocyte congelé... pas de mise en fécondation, pas de transfert
Inscription CECOS Cochin - IAD1 en mai 2018 fingers
Avatar du membre
sealine

Fivette de diamant
Messages : 1297
Enregistré le : 21 octobre 2016
Mon centre de PMA : 64- Polyclinique de Navarre (Pau)

Message non lu par sealine »

Drago, ou as tu trouvé ce texte ? Il est magnifique, merci de nous l'avoir fait partager.
Il m'a fait pleurer, moi qui ne pleure jamais, mais le passage sur "toi + moi = 0" et bien c'est ce qui me touche le +. Nous n'avons pas d'enfants, ni l'un ni l'autre. Il ne restera rien si les fiv ne fonctionnent pas.
Je vois le gynéco le 1er septembre, j'ai besoin de faire le point, mais il est dur à faire parler. Je ne sais pas quand je recommencerai un nouvel essai. A la derniere tentative les embryons ne se sont même pas développés.
J'en arrive à me dire que nous ne devons pas nous reproduire. La psy me dit que c'est absurde de penser ça. Peut etre. Mais arrive un moment ou on ne sait que penser.
Je vous souhaite plein de bonheur les filles , j'admire votre courage d'avoir dit stop. Chez nous l'idée chemine . .. à bientot
moi 40 ans, lui 42
Lui = OATS extrême
Moi= adenomyose
2017
FIV ICSI 02/2017= notpregnant
FIV ICSI 2 = pas d'embryons
FIV ICSI 2 bis =
13/11/17 = pregnant
07/2018 = cigooogne
2020: en route pour bb 2, covid, on attend.....
FIV ICSI 1= 11/20 notpregnant
( je contracte le covid durant la fiv )
FIV ICSI 2 = 02/21 = ponction, pas de transfert
3 embryons congelés.
TEC 1, 2 notpregnant
06/ 21 = ménopause artificielle 3 mois
09/21 = TEC 3 notpregnant
FIV ICSI 3 = 03/22 : encore covid .
Mai 2022= TEC = notpregnant
Attente septembre pour coelio explo
Reste 1 fiv.....
Avatar du membre
drago

Fivette de diamant
Messages : 1675
Enregistré le : 28 février 2016
Mon centre de PMA : 42- Hôpital Nord (St Etienne)
Âge : 47

Message non lu par drago »

Mad07 a écrit : 18 août 2017 à 22:26 coucou drago,
merci pour tes mots, ta compréhension, ta philosophie de vie! nous avons encore une étape à franchir, celle du rendez-vous au cecos. Pour le moment, je n'arrive pas à m'y faire, mon conjoint est plus pragmatique... Mais porter un enfant qui n'est pas issu de lui m'est difficile à concevoir pour le moment.
Se recentrer sur soi est la chose à faire en priorité, mais j'ai du mal à y parvenir, c'est dans mon tempérament de vouloir maintenir le lien avec les autres au détriment de mes propres intérêts parfois. Mais j'y travaille. Je n'arrive pas encore à faire le deuil de la maternité, mais je ne veux plus de la PMA dans ma vie pour le moment, cela peut sembler contradictoire et cela génère d'ailleurs beaucoup d'angoisses et de mal-être... si tu as des conseils pour avancer plus vite, je suis preneuse! ;-)
mad
chacun chemine à sa façon, selon son parcours de vie
c'est pour cela que les conseils ne s'appliquent pas de la même façon pour toutes
sauf celui ci: savoir s'écouter, écouter son corps et son moi le plus profond et surtout ne pas se maltraiter, avoir de la compassion pour soi même, ne pas être dure avec soi, ne pas culpabiliser ou s'en vouloir
être bonne avec soi
c'est cela se recentrer sur soi mais cela demande du temps et c'est aussi accepter de prendre ce temps indispensable
pour certaines cela prendra beaucoup de temps, pour d'autres moins car nous sommes toutes UNE donc différentes
il faut aussi se faire confiance, confiance en son moi profond
et quand c'est difficile, demander de l'aide extérieure
moi je vois une masseuse shiatsu qui m'aide à réparer mon corps maltraité par ces 3 années de traitement
elle m'avait aussi aidé durant le traitement pour supporter les produits
je n'avais plus envi de voir un psy car je n'ai plus envi de parler mais j'ai besoin de retrouver les sensations de mon corps, de retrouver une harmonie interne et une paix intérieure
Mais ça c'est ce qui me correspond et j'ai mis du temps à trouver ce qui me ferait du bien

mad j'espère que tu trouveras ta voix interne
moi 43,une fille 16 ans, amh 1,20 (en 2015) lui 47 0 enfant: misteer poucehaut
3 IAC notpregnant (2015) et 2 FIV (2015 et 2016) 0 embryons
3ème fiv (2016) 1 embryon : notpregnant
FIV DO à BILBAO IGIN : nov 2016: transfert de deux blasto pds pregnant : 25/11: 184 -dec 2016: 3700 mais grosses pertes de sang
aux urgences: écho précoce le 3 dec 2016 vision d'un sac gestationnel
2eme écho aux urgences car encore grosse pertes de sang: un embryon et un coeurquibat le 10 dec
12 dec 2016: fausse couche. tout est TERMINE
FIN PMA