Conjoint qui voulait attendre, et dorénavant donneur plus disponible

Répondre
Avatar du membre
MarionVILLE

Fivette novice
Messages : 7
Enregistré le : 27 juin 2022
Mon centre de PMA : 88- Clinique l'Arc en Ciel (Epinal)

Conjoint qui voulait attendre, et dorénavant donneur plus disponible

Message non lu par MarionVILLE »

Bonjour,

Je reprends un peu les termes de ma présentation, navrée, mais je n'arrive pas à faire court pour tout expliquer :)

Mon mari étant stérile, nous sommes passés par la PMA à partir de 2017. En 2019, une des IAD a fonctionné et nous avons eu l'immense chance de devenir parents de jumeaux. 

Le désir ne s'est pas tari et j'ai souhaité à nouveau préparer papiers, examens et démarches pour retenter l'aventure. J'étais heureuse d'apprendre que l'on pouvait "bénéficier" des paillettes du même donneur. C'était tant désiré ! Tout était au vert et j'espérais recommencer fin 2020/2021 car je sais la rareté des dons de spermatozoÏdes et les chances qui s'atténuent avec l'âge (j'ai 39 ans aujourd'hui).

Mais mon mari n'était pas "prêt". Aujourd'hui, il l'est mais... nous ne pouvons plus bénéficier du même donneur, soit parce que le stock est à 0, soit parce que 10 enfants ont vu le jour. Peu importe les raisons, c'est un raz de marée pour moi. 

Je vous écris car je souhaiterais connaître ou lire des témoignages de personnes qui ont vécu ce contexte ou qui ont eu des enfants de donneurs différents. Peut-être que le souhait intense (quasi une condition) de bénéficier du même donneur est atypique ? ou classique ?  Je désirais, je crois, qu'un troisième enfant ne se sente pas "isolé" ou "différent" car les deux premiers sont issus du même don. J'ai peur de fragmenter une fratrie, j'ai peur qu'ils ne comprennent pas (si je retente l'aventure) pourquoi je ne me suis pas contentée de cette chance inouïe d'en avoir deux qui auront toujours ce point commun, si ce n'est cette force, d'être issu du même donneur. Je pense par exemple au cas d'une maladie pour un ou plusieurs, des 3 ou 4 (si tant est qu'il y en ait plus...) et que, adolescent(s) ou adulte(s) il(s) puisse(nt) se sentir à part. Ou même vis à vis d'une ressemblance ou non.

J'essaie de relativiser en me disant que même avec 1 donneur identique, ou même sans PMA, on peut ressentir ces mêmes peurs.
Peut-être suis-je trop dans l'anticipation, dans l'intellectualisation pour un projet dont on a pas encore passé la seconde avec toutes ces questions en suspens.

Si certaines sont dans le même cas ou ont du recul, je suis preneuse de tous les conseils et témoignages bien entendu.

Merci par avance

Belle journée à vous

Marion
Avatar du membre
lili629

Fivette de diamant
Messages : 1238
Enregistré le : 30 décembre 2016
Mon centre de PMA : 59- Hôpital Jeanne de Flandre (Lille)
Âge : 33

Message non lu par lili629 »

Bonjour Marion.

La situation est différente mais le fond est identique.

Mon aîné est issu d’un don d’ovocytes en 2019.
Malgré ma demande de contraception ma gyneco m’indique qu’il est inutile d’en prendre une en raison de mes prises de sang qui indiquent une impossibilité d’avoir des enfants. Mon AMH était à 0,04.

Et pourtant je suis tombée enceinte naturellement.


Mes enfants ne partagent pas le même « patrimoine génétique » mais ils partagent tellement de choses plus importantes.

Nous avions décidé de ne pas tenter de fiv avec mes ovocytes quoi qu’il arrive pour éviter cette différence mais la vie en a décidé autrement.

Ils ont aujourd’hui 3 ans et 1 an et ils sont complices complémentaires et aussi totalement différent sur le point de vue du caractère, de la sociabilité …

Le petit cherche beaucoup le grand.

Je suis convaincue que la manière dont nous vivons ça a un impact sur leurs vies. Ils savent tous les 2 la vérité et même s’ils sont encore petits l’aîné a réagi à un reportage tv sur le don de gamètes en me demandant si on avait fait ça avec papa …

Je ne dis pas que tout sera toujours simple mais ce que je peux te dire c’est que notre amour pour les 2 est identique et que ça n’a vraiment eu aucun impact direct.

J’espère t’avoir un peu aidé.

Bises
décembre 2013 FIV 1 avec ovocyte congelé notpregnant
juillet 2016 ablation paroi utérine
Mai 2017. Ménopause précoce AMH catastrophique orientation vers le don
16/02 Fivdo en France ——
Rdv le 24/04 à Ivi Barcelone
29-11 donneuse trouvée.
14/01 transfert d’un j5 top qualité !!
4 super j6 au congel !!
Pds 25/01 testpositif
Tout va bien. Notre petit :boy: se porte à merveille.

Un bébé couette miracle s’est niché. Il arrivera le 29 juillet 2021 nuitamour natte cigbleu
Avatar du membre
MarionVILLE

Fivette novice
Messages : 7
Enregistré le : 27 juin 2022
Mon centre de PMA : 88- Clinique l'Arc en Ciel (Epinal)

Message non lu par MarionVILLE »

Bonjour,

Merci Lili pour ta réponse :)

Sacré parcours semé d'embûches mais quels beaux miracles par la suite entre le bébé "attendu et préparé" et le bébé "plus attendu et surprise" !

Je te crois complètement, on aime de la même intensité quel que soit la génétique, qu'elle soit commune ou différente. Je ne me fais aucun souci sur ma capacité à aimer. Mais bizarrement, l'anxiété tient plutôt du fait que ça pourrait être mon choix et pas le leur et que j'ai l'impression d'imposer ça, d'imposer une différence, des tas de questions lorsqu'ils seront plus grands (c'est bizarre j'écris comme s'ils existaient déjà). A me dire que lorsqu'ils seront adultes, certains voudront connaître le donneur mais que si donneurs différents, tous n'auront peut-être pas le souhait de répondre par la positive et que ça peut cliver, ou susciter de la souffrance.

Peut-être mes interrogations surfent-elles sur un fond de culpabilité "d'imposer" une situation atypique à des enfants/fratries. Et je remarque l'importance immense d'être en total accord avec ça pour les aider au mieux à faire le chemin de leur propre construction et acceptation.

J'ai recherché un forum ou des témoignages de personnes issues de pma avec don (enfin surtout issues d'amour avec une certaine particularité !) mais c'est pas si simple.

Merci encore pour l'aide ;-)