Emission télé "Mille et une vies" de Frédéric Lopez sur la GPA aujourd'hui à 14h00 sur France 2

Répondre
Avatar du membre
Koala

Fivette de diamant
Messages : 1239
Enregistré le : 25 septembre 2015
Mon centre de PMA : Gynécologue de ville
Centre étranger : Iakentro (Grèce)
Localisation : 78
Âge : 44

Emission télé "Mille et une vies" de Frédéric Lopez sur la GPA aujourd'hui à 14h00 sur France 2

Message non lu par Koala » 09 févr. 2017 à 12:19

Frédéric Lopez recevra aujourd'hui trois invités devenus parents grâce à la Gestation Pour Autrui ainsi qu'une « mère porteuse ».
L'émission sera également disponible en replay pendant 1 semaine.

Un extrait vidéo est en ligne sur le Facebook de l'émission : https://www.facebook.com/MilleEtUneVies ... 380684702/

Ce sujet est encore beaucoup controversé et sensible mais il faut en parler aussi !

Dans les commentaires de l'annonce de ce thème sur le Facebook de l'émission, j'ai lu le témoignage d'une personne d'un couple gay ayant eu recours à la GPA aux USA pour devenir parents, et cela m'a émue aux larmes (ce message a été relayé) :

"Le témoignage d'un papa sur le facebook de la LMPT, criant de vérité et qui résume magistralement la GPA nord américaine, je le colle ici :

"Je viens juste poster ici mon témoignage. Rien de plus. Je n'attends ni réponse, ni commentaire. Je ne juge pas vos familles, ne jugez pas la mienne. Mais ouvrons le débat, le débat est utile. Je suis gay, en couple depuis plus de 15 ans, j'ai 37 ans et papa de deux enfants. Je suis obligé ici de renouveler sans cesse des comptes facebook, car je suis automatiquement censuré par la LMPT depuis des mois qui pratique le mensonge et la désinformation. Elle refuse le débat argumenté seul capable d'éclaircir la GPA. Vous m'excuserez donc mon profil vierge. Je suis certes parisien, mais pas bobo, je suis protestant et je vote à gauche même si je partage de nombreuses idées de droite. Je suis écolo et je fais tout pour protéger mon environnement et respecter la vie, mon prochain. Je ne suis pas un cliché vivant et quand bien même... Mais, il n'est pas marqué sur mon front que je suis gay. Idem pour mon compagnon.
Il est souvent dit que le désir d'enfant est égoïste, c'est certainement vrai. Mais, c'est valable pour tout le monde sans distinction. Pour vous les catholiques intégristes aussi. L'homosexualité n'est pas un choix, elle est naturelle, et s'accompagne hélas du deuil terrible de l'enfant (il faut le vivre pour le comprendre et c'est un déchirement à l'adolescence car on sait qu'on aura une vie hors norme, que ses parents ne seront pas grands-parents et nous en voudrons pour ça, l'enfant est aussi pour beaucoup un ciment au couple, le deuil de ne pas transmettre, de vieillir seul...). Mais, ma vie m'a toujours obstinément fait rechercher le bonheur comme une plante héliotrope! Je suis un homme heureux malgré les aléas de la vie. Après des années à vouloir un enfant avec mon ami, à réfléchir, à peser le pour et le contre, nous avons décidé de passer par une GPA aux USA. La coparentalité était trop complexe, nous ne voulions pas être des papas de week-end et l'adoption impossible (arrêtons de croire que l'adoption est possible pour les couples gays en France, sur le papier oui, dans la réalité non, l'adoption internationale est encore plus difficile). Pas un enfant sur un coup de tête, un enfant plus que désiré, un projet mûrit des années et né d'une véritable histoire d'amour. Certes, ce n'est pas donné financièrement, nous avions des économies de côté pour acheter heureusement un appartement, mais la GPA d'Amérique du Nord respecte nos valeurs et nos idées et son prix devenait secondaire du coup. Nous ne voulions absolument pas passer par un pays pauvre. 95% des gays en France se dirigent vers le Canada ou les USA d'ailleurs. Les GPA y sont légales, encadrées, éthiques, médicalement au top. L'Inde, comme la Thaïlande sont fermés aux couples de même sexe, je le rappelle. Les usines à bébés condamnables ne sont pas pour nous heureusement. Et il fait dénoncer et combattre ces GPA low cost sans mettre les autres dans le même panier. La LMPT s'acharne à faire croire que toutes les GPA sont en Inde.
Nous avons donc rencontré une femme formidable, professeur de droit, qui voulait avec son époux aider un couple gay et porter leurs enfants. Elle était chrétienne pour l'anecdote et toute son église la soutenait. Une sorte de nounou prénatale. Elle se considérait comme cela. Elle avait des enfants, un travail, des revenus, une vie stable, sans manque affectif. Sa vie l'avait sensibilisé, ce serait trop long à expliquer, au désir d'enfant et au fait que des couples ne puissent pas réaliser ce rêve, sa belle-sœur suite à la mort de son fils n'avait pas pu porté un enfant et avait demandé de l'aide à une surrogate. Une femme de caractère aussi! Nous avons également rencontré une donneuse que nous voulions non anonyme (comme c'est souvent le cas aux USA). Contrairement, à ce qui est dit nous l'avons choisis non à cause de la couleurs de ses yeux et de ses cheveux (arrêtez avec vos fantasmes eugénistes surtout que la plupart des gens choisissent leurs moitiés pour leurs physiques, leurs intelligences et leurs portes-feuilles, cf. Les sites de rencontres...), mais juste parce qu'elle était une fille chouette, jolie et intelligente. Elle acceptait aussi, si les enfants le désireraient plus tard, de les rencontrer, sans jouer le rôle de la mère pour autant. Le plus important pour nous. Pas de flou sur la filiation, une transparence. Je rappelle au passage que la PMA est autorisée en France pour les couples hétérosexuels et ces dons sont 100% anonymes. Ça n'hérisse pas les poils de la LMPT quand ça touche de bons hétérosexuels. Les LMPT soutiennent que l'ont fait croire aux enfants qu'ils sont nés de deux papas. Désolé mes enfants sont plus intelligents que ça et c'est leur faire offence!
La GPA aux USA est loin des clichés et des idées reçues. Notre surrogate est vite devenue une amie et nous avons vécu la GPA comme une aventure émotionnelle intense mais loin d'une expérience facile. Au contraire l'année fut longue et à la fois joyeuse et terrible. J'ai les poils qui se hérissent quand j'entends des gens dire que la GPA c'est comme commander un enfant sur internet, le choisir sur catalogue. C'est idiot, immature et ça témoigne d'un manque de connaissance et une volonté de faire du mal. C'est juste inadmissible, s'ils savaient les années de sacrifices, d'attente, de tristesse avant de devenir parents. Nous avons beaucoup pleuré. Vous n'imaginez pas la joie quand votre surrogate vous annonce la veille de l'accouchement qu'elle n'aurait pas pu faire ça avec un autre couple que nous et que nous faisions partie de sa famille. Elle nous a couvert de cadeaux, toute sa famille aussi. Sa mère et sa grand-mére étaient là dans la salle d'accouchement avec son époux. Elle s'est même fait tatouer après la naissance du bébé pour le marquer pour toujours. Les gens qui parlent de la GPA comme d'acheter un enfant ne savent pas de quoi ils parlent. Nous avons rencontré sa famille, sa belle famille, même ses collègues et amis. On a été couvert de cadeaux. On nous organisé des fêtes. En règle générale, les gens qui ont de l'empathie et heureux dans leur vie sont touchés par les parcours difficiles comme le notre. Nous avons été accueillit avec amour sans préjugé. Nous sommes restés deux mois à chaque fois pour les deux naissances. Notre lien avec Elle est toujours aussi fort!"
Suite : "Pour résumer vite la GPA aux USA, je dirais que les critères pour devenir surrogate sont hyper strictes. Les agences (composées d'anciennes surrogates la plupart du temps, savent de quoi elles parlent) rejettent 90% des candidatures. Les surrogates doivent être volontaires, libres et travailler. Elles ne doivent avoir aucun problème de santé, être mariées ou accompagnées, avoir des enfants (obligatoire) et ne plus en vouloir pour elles, en somme, elles ne doivent pas être en manque affectif. Elles rencontrent psychologues et travailleurs sociaux pour juger de leurs motivations et de leurs finances. En premier lieu, elles doivent vouloir aider un couple qui n'a pas leur chance. L'altruisme est une priorité. Tout est écrit noir sur blanc sur contrat. Elles ont leur propre avocat. Pour éviter les conflits d'intérêts. Elles stipulent si elles acceptent l'avortement ou pas en cas de handicap ou de problème, elles stipulent si elle veulent un couple gay ou pas, étranger ou pas. Elles ne portent jamais leurs propres embryons. Notre surrogate par exemple refusait l'avortement pour malformations légères ou maladies non graves. Elles n'abandonnent pas le bébé, ni le donnent, car dès le départ, il n'est pas à elles mais aux parents d'intention qui en sont légalement les parents. C'est clair dans leur tête. Quand des gens de la LMPT me disent "et s'il avait été trisomique vous l'auriez renvoyé à l'expéditeur?", j'ai envie de dire que j'aurais réagit comme n'importe qu'elle parent et je l'aurais accueillit avec amour. Certes, les surrogates gagnent une petite somme en dédommagement, c'est symbolique. Elle arrête de travailler souvent une partie de la grossesse. Une compensation des 9 mois. Tout l'argent part, en réalité, pour les frais de clinique, d'agence et d'avocats. La sécurité sociale ne rembourse rien aux USA pas comme en France. Quand on est étranger c'est affolant. Les FIV coûtent une fortune en France. Et l'idée reçue qu'être surrogate c'est prendre des risque est bête. Car toute grossesse est un risque pris. Et les FIV sont en nombre croissant en France. Comme elles doivent avoir un travail et des revenus, elles ne manquent pas d'argent. Elles doivent au moins appartenir à la classe moyenne américaine. Notre surrogate gagne sa vie aussi bien que nous. Même mieux. Aux USA, c'est valorisé d'être surrogate, ce n'est pas une honte. C'est un recourt classique, fréquent, autorisé, légiféré, encadré et mis en valeur. Elle le clamait haut et fort quand on faisait les magasins ensemble avant la naissance et que quelqu'un venait la féliciter. Ça équivaut à sauver une vie. Nous serons toujours reconnaissant à notre surrogate de nous avoir aidé à fonder notre famille. Sans Elle, nous n'aurions pas connu cet immense bonheur. Nous l'aimons tendrement et essayons de la voir le plus souvent possible malgré la distance. On discute via Skype toutes les semaines. Nos enfants sont là grâce à elle. Elle fait partie de notre famille mais, il est clair qu'elle n'est pas la maman. Elle ne joue pas ce rôle. Et ne veut pas le jouer. Notre histoire est classique de la GPA américaine. Depuis, je fréquente beaucoup d'associations homoparentales et tous les couples ont des histoires similaires à la notre.
Je vous épargne donc le laïus sur l'esclavagisme supposé, le manque de complémentarité dans un couple gay. Mon ami et moi sommes bien différents comme dans un couple hétéro. Un papa ça raconte des histoires, ça berce, ça chante des berceuses, ça console, ça soigne, ça protège, ça rigole, ça fait rire, ça s'amuse, ça pleure quand son bébé se fait faire une prise de sang, ça éduque, ça cuisine des bons petits plats bio, un papa c'est aussi tendre qu'une maman, un papa ça écoute les larmes aux yeux les médecins, ça aide à faire les devoir le soir, ça fait des tournicoutis dans les cheveux le soir, ça fait des blagues et ça encourage, valorise et donne confiance. Un papa ça coiffe, ça met des noeuds rose dans les cheveux de sa fille. Un papa, c'est comme une maman.
Et je le répète nous ne sommes pas riches, nous avons économisés, fait un prêt à la consommation, notre famille nous a aidé aussi. Comme disait une grand psychiatre dont j'ai oublié le nom dans chaque homme il y a une maman et dans chaque femme un papa. Bref, nos enfants sont heureux et vont hyper bien et vous voir descendre dans la rue est juste horrible pour notre famille. Vous ne vous en rendez pas compte! Ça brise nos enfants. Ça nous tord le ventre. Ça exacerbe l'homophobie ambiante. La GPA ne concerne qu'une poignée de couples. Laissez-nous en paix. Le mariage ne va pas changer la face de l'humanité. Les homosexuels avaient des enfants bien avant le MPT. Mes enfants sont nés bien avant le mariage. Mais le mariage les protège, protège mon compagnon. Il est indispensable. Je ne remercierais jamais assez Madame Taubira et Monsieur Hollande pour ça (c'est la bonne chose de son quinquennat, Le reste est discutable). Vous n'empêcherez jamais une femme qui veut un enfant avec sa compagne de traverser la frontière (Espagne, Belgique, Portugal...) et c'est pareil pour les couples d'hommes. Même Israel a légalisé la GPA pour ses citoyens car rien dans la Bible ne vient contredire cette pratique.
Et si c'est l'argent qui vous choque, je vous rappelle que les associations françaises se battent pour encadrer une GPA altruiste en France, sans transaction financière. Légaliser la GPA ça dynamite les GPA dans les pays pauvres. Des milliers de couples (surtout hétérosexuels) en ont besoin pour fonder leurs familles. Légaliser et encadrer, c'est éviter les dérives et protéger tous les acteurs. Même l'adoption internationale est payante. Personne ne bronche. Je terminerais en rajoutant que les mots peuvent tuer. Des adolescents gays assumés ou Pas, dans vos rangs ou ailleurs, vous écoutent et souffrent. Le suicide des adolescents gays n'est pas un mythe. Au moins soyez chrétiens...""
Moi IO, lui RAS, essais depuis 2014
- Clinique Parly 2 :
11/2015 FIV ICSI 1 : 4 follicules / 1 ovocyte / 1 J2 / -
01/2016 FIV ICSI 2 : 2 follicules / ponction annulée, pas d'IAC !
- Hôpital Foch :
08/2016 Hystéroscopie (retrait polype + fibrome)
11/2016 FIV ICSI 2 bis : 2 follicules / ponction annulée / IAC / -
03/2017 FIV ICSI 2 ter : 3 follicules / 3 ovocytes / 3 J2 / -
04/2017 Hystéroscopie (retrait polypes + fibrome)
09/2017 FIV DO 1 : 12 ovocytes / 2 J5 / -
12/2017 TEV 1 : 2 J5 / -
- gynécologue Paris 17è :
04/2018 TEV 2 : 1 J5 hatching / -
Reste 3 minipingoo / Pause pour MatriceLab hanged
Notre parcours