Infertilité 1 couple sur 5 concernés - journée de l'infertilité 4/11/16

Répondre
Avatar du membre
Vivie

Fivette de diamant
Messages : 1423
Enregistré le : 29 décembre 2014
Mon centre de PMA : République Tchèque
Centre étranger : Reprogenesis (République tchèque)
Localisation : Lyon
Âge : 43

Infertilité 1 couple sur 5 concernés - journée de l'infertilité 4/11/16

Message non lu par Vivie » 04 nov. 2016 à 21:29

voici un article sur le sujet qui nous touchent toutes et tous ici
Extrait de pourquoisocteur.fr

Article sur l'infertilité :

" Quand la grossesse se fait attendre… les délais peuvent paraître interminables. En France, près de 20 % des couples font face à un problème d’infertilité. Ce 4 novembre, la lumière est mise sur ce trouble de la conception. L’objectif : alerter sur l’importance de consulter après un an de tentatives sans succès. Car le réflexe est trop peu partagé. Actuellement, seules 10 % des femmes se rendent chez un spécialiste quand elles n’arrivent pas à procréer.
A l’occasion de la journée nationale, Pourquoidocteur fait le point sur les causes et les solutions.

L’infertilité ne doit pas être confondue avec la stérilité, qui se caractérise par l’incapacité à concevoir. Un couple infertile est confronté à des difficultés pour mener une grossesse à terme dans l’année suivant l’arrêt de la contraception. Cette situation est plus fréquente qu’on ne pourrait le penser : d’après la dernière étude menée par l’Inserm, et publiée dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire en 2012, 18 à 24 % des ménages sont touchés. Dans le détail, presque une femme sur quatre n’est pas enceinte dans l’année suivant l’arrêt de sa contraception. Deux ans après, elles sont encore 11 % à ne pas avoir procréé.


Passer des examens
Plusieurs tests permettent de confirmer l’infertilité et sa cause. Les femmes réalisent une étude hormonale basale, une échographie ainsi qu’une hystérosalpingographie. D’autres examens peuvent être réalisés en complément. Le système reproducteur féminin est impliqué dans 30 % des cas d’infertilité. Parmi les causes les plus répandues, une ménopause précoce, une endométriose, mais aussi des lésions des trompes de Fallope, des anomalies de l’utérus et du col de l’utérus ou encore des troubles de l’ovulation.
35 % des femmes infertiles souffrent par exemple d’endométriose. L’âge entre aussi en ligne de compte : les Françaises réalisent leur projet de grossesse de plus en plus tard. L’âge moyen du premier accouchement est à ce jour de 30 ans.


Dans 30 % des cas, l’infertilité est d’origine masculine. Cela peut être confirmé à l’aide d’un examen appelé le spermogramme, qui quantifie le nombre de spermatozoïdes par éjaculation et leur mobilité. Un manque de mobilité de ces gamètes figure parmi les principales causes, aux côtés d’une altération du milieu testiculaire, d’une obstruction ou encore d’une pathologie de la prostate.
Une fois sur cinq, les causes sont partagées entre l’homme et la femme. Une zone de flou persiste donc : dans 20 % des cas, le motif de l’infertilité n’est pas découvert.

Une assistance médicale à la procréation
Une fois le diagnostic posé, plusieurs solutions existent afin d’aider les couples à concevoir. En cas d'obstacle, une chirurgie peut être réalisée. En 2010, une naissance sur 40 a été permise par l’assistance médicale à la procréation (AMP). Cela représente quelque 22 400 naissances.
Plusieurs méthodes permettent de parvenir à ce résultat, à commencer par l’insémination artificielle. Elle représente 43 % des essais d’AMP. Cette approche peu coûteuse laisse la fécondation se produire naturellement. Quand cette étape n’est plus possible, elle est réalisée in vitro, dans le cadre d’une FIV. L’opération peut alors être réalisée avec ou sans don de gamète. Ce n’est que deux à cinq jours après la fécondation que l’embryon est implanté dans l’utérus de la mère. Selon les méthodes adoptées, les chances de grossesse vont de 13 à 30 %."
lui : 43 ans-oats sévère / moi 43 ras sauf mon âge minnce
01/2015 A 11/2018
8 fiv icsi: 8 embryons transférés notpregnant
Fin du parcours pma France

Nouveau parcours : fiv do cigooogne
République tchèque
Fiv do 1 : fin 02/2019 transfert 2J5 pregnant j11:à 22 :?: j13:62 j16:272 J20:944 j26:3562
échographie 3/04 : 4 mm de bonheur et un ❤️ Qui bat/ échographie 12/04: 13 mm
fausse couche 9sa 😢 curetage 7/05
Fiv do 2 septembre 2019 : transfert 1j5 notpregnant

Avatar du membre
BRIVE19

Fivette bannie

Message non lu par BRIVE19 » 06 nov. 2016 à 20:52

Bonsoir,
C'est bien beau de faire un tel constat.
Il faudrait pas oublier que les gynécologue sont surtout pas pressés quand on dit qu'il y a un souci. Et oui ces braves gens savent ce qu'il font. Mon oeil. La première cause de retard de diag est juste de leur fait mais bon il faut pas offusquer ces braves professionnels ( ne savent pas lire les examen...). La secu leur verse une prime s'ils ne font pas faire trop d'examen. Ou est donc le serment d'hypocrate? ils ont plutôt signé celui d'hypocrites.
Merci aussi à tous nos industriels et politiciens pour nous faire bouffer un stock de merde ( aliment, lessive, gel douche déo.....;)

Merci à tous ces braves gens de prendre tant soin de notre santé.

Avatar du membre
Audreysdk

Fivette de platine
Messages : 794
Enregistré le : 10 octobre 2016
Mon centre de PMA : 66- Clinique St Pierre (Perpignan)
Âge : 33

Message non lu par Audreysdk » 09 nov. 2016 à 22:24

Je te trouve bien sévère avec les gynécologues ...
d’après la dernière étude menée par l’Inserm, et publiée dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire en 2012, 18 à 24 % des ménages sont touchés. Dans le détail, presque une femme sur quatre n’est pas enceinte dans l’année suivant l’arrêt de sa contraception. Deux ans après, elles sont encore 11 % à ne pas avoir procréé.
18 à 24% des couples n'ont pas d'enfant au bout d'un an. Ils ne sont plus que 11% à ne pas avoir d'enfant au bout de 2 ans.

Donc la moitié de ces couples ne sont plus si "infertiles" si on laisse un petit délai supplémentaire.
En effet, lorsque j'ai vu ma gynécologue "de ville" pour un examen de routine après 1 an d'essai, elle m'a expliqué qu'ils ne commençaient à s'inquiéter qu'au bout de 2 ans sans résultats. Je suis donc revenue la voir à ce moment là. Et elle m'a fait faire les examens.

Bien sur que c'est long ! Mais c'est aussi nous laisser l'espoir d'un an supplémentaire à se sentir "normal".

Au bout de presque 8 ans sans contraceptif, on ne met toujours pas des mots sur notre infertilité. Nous faisons parti de ce "flou" inexpliqué. C'est frustrant. Mais maintenant, 2 ans au lieu d'un... C'est un an de moins à stresser à force de se demander ce qui ne va pas chez nous ;-)
BB1 : :boy: Duracell+, né le 19 juillet 2013 après 4 ans d'essais et 2 IAC
BB2 : :girl: Pomme, née le 8 juillet 2017 ! PMA depuis janvier 2015. 6 IAC, 1 FIV.