Nouvelle venue

Répondre
Avatar du membre
Eleria

Fivette novice
Messages : 1
Enregistré le : 19 janvier 2016
Mon centre de PMA : 93- Hôpital Jean Verdier (Bondy)
Âge : 40

Nouvelle venue

Message non lu par Eleria » 20 janv. 2016 à 12:00

Bonjour à toutes,

J'me présente, je m'appelle Alexandra (Alex pour les potos) et j'ai 36 ans. Je suis mariée depuis 6 ans et nous avons un petit garçon de 3 ans. La grossesse n'a pas été un long fleuve tranquille : RCIU décelé au 5ème mois, "ça va être chaud pour le sauver", 14 semaines d'angoisse, etc. mais au final, à 36 SA et une césarienne plus tard, notre crevette de 1,410 kg nous a montré qu'il avait très envie de vivre ! Toute l'année 2013, comme on nous avait dit qu'il fallait attendre une année avant de lancer BB2, on a attendu. Sagement. Comme des cons. Dès janvier 2014, au taquet, nous étions de retour chez le gynécologue qui nous avait permis de concevoir notre fils (IUU). Là, pour une raison qui m'échappe encore, alors que j'allais sur mes 35 ans, ce gynécologue en qui j'avais toute confiance nous a imposé encore 6 mois d'attente "en essais naturels" (autant essayer de gagner au Loto...) + les deux mois d'été. J'étais aux cent coups mais je l'ai écouté. Septembre 2014 : première stimulation, 2 follicules, "trop risqué, on passe". WTF ?! Mais je lui faisais encore confiance. Octobre puis décembre 2014, février, mai, juin et septembre 2015 : échec sur échec. Désespoir. On se décide alors à tenter la FIV. On dit au revoir à ce gynécologue, en qui ma confiance s'était vraiment écornée, et direction Jean Verdier (Bondy)... Où j'apprends qu'on aurait pu savoir dès janvier 2014, et même avant, que ma réserve ovarienne baissait plus vite que la moyenne, et donc ne pas attendre comme des cons ; que même sans pouvoir concevoir durant une année après la césa, j'aurais pu faire une FIV et congélation tant que mes ovaires avaient moins de 35 ans ; et surtout, que les IAC ne risquaient pas de marcher vu la découverte d'un gros polype niché au fond de l'utérus ! Heureusement, l'équipe de JV est vraiment top, on est soutenu même durant l'interminable attente... et on sent que ce sont de vrais pros, qui répondent à toutes vos questions sans vous regarder de haut ni ricaner !

Bref. DDR le 31/12/2015 et démarrage dans la foulée. Traitement agoniste court : Gonal F à 300, un autre truc dont le nom m'échappe et Orgalutran. A J11, piqûre d'Ovitrelle. Mardi dernier (le 12), ponction : 6 follicules. Vendredi, transfert de 2 embryons à J3 : l'un de 8 cellules, l'autre de 6. Probabilité de grossesse gémellaire estimée à 5%, ce qui me va tout à fait (un seul bébé a failli mourir de faim en moi, alors deux !). Probabilité de grossesse tout court : c'est plus flou... Ils m'ont dit que l'enveloppe des embryons avait été ramollie parce que c'était du béton, l'équipe se montre confiante, tout se passe comme dans un rêve (à part l'envie terrible d'aller aux toilettes !) et cinq minutes plus tard, vessie vidée, je suis libre de repartir chez moi. Ca m'a étonnée : pas de "bed rest" ?! Réponse : "Ça ne change rien, vraiment. Sinon, on vous garderait." Je suis donc rentrée chez moi... et le cauchemar de l'attente a commencé. Déjà, au lieu de me reposer, trop nerveuse pour rester au lit malgré ma fatigue, je suis sortie voir un ami (rien de transcendant, on a juste bavardé autour d'un verre). Le soir même, Chéri a voulu me faire un câlin : j'ai accepté mais en essayant de ne pas contracter l'utérus du tout, résultat, c'était plutôt bof, mais bon. Le médecin m'avait bien dit "vie normale avec TOUT ce que ça comporte" ! Et il a été encore plus explicite au téléphone ce matin : "Si les embryons sont rejetés, ça se produit dans les 2-3 premiers jours ; avoir ou non des relations sexuelles n'y change rien." Samedi et dimanche, tranquille à la maison. Lundi, retour au boulot. Bref, "la vie normale". Hier, re-câlin mais d'un coup, grosse douleur à type de crampe, je l'ai repoussé immédiatement, j'en pleurais de peur. Cf. coup de fil au médecin.

Bref. Je suis en plein psychotage aigu et je n'arrive pas à m'en sortir... Je passe mon temps branchée sur mon utérus : ya ? yapa ? et à me palper la poitrine... J'angoisse à la moindre douleur qui puisse faire penser à l'arrivée des reds... Je pleure de rage en imaginant que j'ai fait tomber mes oeufs simplement parce que je ne suis pas restée au lit vendredi, alors même que je sais que ça ne change rien... Le temps me paraît très long d'ici au 26 (prise de sang) et, en même temps, j'ai tellement peur de connaître un nouvel échec :( Mais je continue de me battre et de garder espoir envers et contre tout ! On nous avait dit que nous perdrions notre fils, or il est bien là, alors quoi !

Merci de m'avoir lue jusqu'au bout.

Avatar du membre
lolo1337

Fivette de diamant
Messages : 1409
Enregistré le : 27 août 2015
Mon centre de PMA : 37- CHRU Bretonneau (Tours)
Âge : 35

Message non lu par lolo1337 » 20 janv. 2016 à 21:38

Bienvenue à toi. Quel parcours !! Ici tu as le droit de te lâcher, de causer de tout ce qui t'angoisse dans cette horrible attente. Bien sûr que ce n'est ni les câlins ni les sorties qui changeront quelque chose, mais tiens toi un peu tranquille si ça te fait autant culpabiliser...
Courage à toi en tous cas, et redonnes nous des nouvelles !
Il y a des post dans le forum FIV PMA où tu pourras parler avec des couveuses.. ;-)
Moi : 35 ans, SOPK et endométriose / Chéri 38 ans- RAS
BB1 : 5 cycles sous Clomid, puis 5 IAC notpregnant
FIV 1bis: 4 ov/ 1J5 pregnant :girl: née 30/12/16 beberoule

BB2:
FIV1 01/18: 6 ov/ 0J5
FIV1bis 05/18: 5 ov/1J6 notpregnant
FIV2 10/18: 4 ov/1J5 notpregnant
2019: changement de centre PMA
FIV3 mars: 1 ov mature minnce 0J5
FIV3bis juin: annulée suite blocage pas ok minnce
FIV3ter août: Pergoveris arrêté à S6 suite début HSO minnce
Chirurgie d'endométriose le 12/12 et on repart en FIV en février 2020 crossfingers
#Vivement 2020 les chiffres ronds et les gros bidons !