Envie de bébé 2 mais mon chéri ne veut pas...

Avatar du membre
Colibri81

Fivette novice
Messages : 5
Enregistré le : 14 février 2018
Mon centre de PMA : 31- Clinique Saint Jean Languedoc (Toulouse)

Message non lu par Colibri81 »

Hello,

Je vis une situation très similaire et même si je suis désolée de ce qui t’arrive, je suis heureuse d’être tombée sur ton témoignage car d’un coup, je me sens moins seule. J’espère que l’on pourra échanger et se soutenir car ce n’est vraiment pas facile et en ce qui me concerne, je ne me sens pas d’en parler à mes proches...
Pour faire court, j'ai 39 ans et une fille de 18 mois née grâce à une FIV ICSI. Mon compagnon, lui, a 40 ans. Notre fille se porte très bien et nous rend infiniment heureux. Mais de mon côté, depuis quelques mois, je me suis mise à rêver d'une deuxième grossesse, d'un deuxième bébé. Je sais que mes chances sont infirmes vus mon âge et mes problèmes de fertilité (IOP + une trompe bouchée) mais je me dis "sait-on jamais... un miracle ?" Depuis la naissance de ma fille, mon compagnon et moi n'avons pris aucune protection particulière. J'ai donc eu la faiblesse de penser que lui aussi en avait envie ou au moins qu'il n'était pas contre. Il y a quelques mois, je lui ai lancé une perche sur le sujet et là patatra, il m'a avoué qu'il n'en avait pas du tout envie. Il est très heureux à trois et estime qu'on a eu beaucoup de chance d'avoir notre fille et qu'elle aille aussi bien. Par ailleurs, il a peur que l'arrivée d'un autre bébé ne soit dure à vivre physiquement (il a eu pas mal de petits problèmes de santé dernièrement). Pour moi, ça a été la douche froide. Non pas que j'imaginais qu'il était aussi enthousiaste que moi, mais je pensais qu'il n'était pas contre et que si la nature décidait de nous faire une belle surprise, il serait heureux tout comme moi. En fait pas du tout. Il m'a dit que si j'étais tombée enceinte sans qu'on en ait parlé avant, ça aurait été très dur pour lui.
Depuis cette discussion, j'essaie tant bien que mal d'accepter la situation. Parfois, c'est gérable. Il m'arrive même de me dire, quand je suis avec ma fille, que mon bonheur est comblé et que je n'ai besoin de rien d'autre. Je mesure la chance que j’ai et souvent, je me dis que je n’ai « pas le droit de me plaindre » alors que j’aurais pu passer à côté de ce bonheur immense… Oui mais voilà, régulièrement, au détour d'une discussion, d'une allusion, ou en apprenant une grossesse autour de moi, ça revient... Ces derniers jours, c’est très dur. J’y pense sans arrêt ou presque. Je ressens un manque. Et je me sens terriblement seule face à ces sentiments.
On continue de ne pas se protéger, y compris pendant les périodes "fertiles" et je vis un enfer dans ma tête à chaque fois à l'approche de mes règles : d'un côté, je ne peux pas m'empêcher d'espérer, de désirer de tout mon être que la nature m'ait fait le cadeau d'une nouvelle grossesse, mais d'un autre, je me dis que ce serait la catastrophe si je tombais enceinte car pour rien au monde, je ne voudrais imposer un enfant à quelqu’un qui n’en veut pas. Et avorter, j’en serais incapable… Je sais qu’il faudrait arrêter tout rapport « à risque » vues les conditions mais je n’y arrive pas, l’envie et l’espoir sont trop forts…
Il n'a pas complètement fermé la porte. Quand on en a parlé, il a dit plusieurs fois que ce non-désir était ce qu'il ressentait "pour l'instant" et qu'il ne savait pas comment il se sentirait dans quelques mois ou dans quelques années mais j'ai 39 ans et une réserve ovarienne minable. Même si on était tous les deux hyper partants dès maintenant, les chances qu'on ait un 2ème enfant naturellement seraient proches de 0 et celles qu'on en ait un avec l'aide de la médecine pas non plus délirantes et surtout il faudrait vraiment se dépêcher car je sais combien de temps prennent toutes les démarches. Bref, c’est très dur et je ne sais pas comment accepter cette situation.
Je me retrouve beaucoup dans tout ce que tu as écrit avec la différence que ton chéri accepte d’essayer naturellement si j’ai bien compris… C’est déjà ça, même si je comprends l’énorme frustration de ne pas pouvoir faire plus. J’ai envie de te dire que « tu as le temps » vu ton âge mais je sais que cet argument est agaçant et que, quand l’envie d’enfant est là, on a du mal à penser ainsi. Bon courage et n’hésite pas si tu as envie d’échanger.

Avatar du membre
ÉliseDamour

Fivette novice
Messages : 12
Enregistré le : 02 janvier 2020
Mon centre de PMA : Belgique

Message non lu par ÉliseDamour »

Colibri81,

Comme je te comprends ! Toutes nouvelles annonces est difficile (même quand une collègue me parle de sa meilleure amie que je ne connais absolument pas minnce ). Chaque mois je ne peux m'empêcher d'y croise, d'espérer, de guetter mon ovulation,... Je tiens d'ailleurs toujours un journal de mes règles, période fertilite, rapports sexuels,... via une application. Les vieux réflexes ont la vie dure ! Ce mois-ci, deux rapports classés "chances hautes" et trois "chances moyennes"... Pendant nos premiers essais, j'ai mis beaucoup la pression à mon compagnon et c'était compliqué parce que le rythme de la vie n'est pas toujours facile. Donc je ralais quand on ne faisait pas l'amour aux bons moments, c'était un peu infernal :lol: Mais ici, on a moins de pression car "pas de but reproductif" mais purement "récréatif" :lol: :lol: :lol: Le confinement aide parfois à lâcher prise, d'autre fois impossible de se changer les idées. Mais chaque cycle c'est la même chose, j'espère, je vois des signes partout, puis les règles débarquent (accompagnées d'un syndrome pré menstruel génial : je suis méga paraona 2-3 jours avant d'être réglée :?: )

Pour mon compagnon, quand on en parle, il dit clairement qu'il n'en veut pas et qu'il ne pense pas changer d'avis un jour. J'essaye donc de ne pas trop lui en parler pour ne pas le braquer mais c'est très compliqué sonne. Mais effectivement, dans les faits, il ne ferme pas la porte à une grossesse naturelle... Donc ce n'est pas facile à gérer et comprendre pour moi :( Que ce passerait-il si par la plus grande chance, je tombais enceinte ? Est-ce qu'il accepterait cette grossesse et ce bébé ? Est-ce qu'il le vivrait comme une contrainte ou un piège ? Parce que même si les chances sont faibles, dans l'absolu elles ne sont pas nulles... Et s'il le prenait bien, pourquoi il ne veut pas de deuxième via un TEC ? C'est le deuxième de sa famille et il a une grande-soeur. Il ne pense pas être un enfant désiré... Je me demande si ça n'a pas un lien inconscient... Je suis un peu perdue parfois
Moi 30 ans (RAS) | Lui 37 ans (OATS sévère)| Nous 11 ans multiheart
FIV ICSI août-septembre 2017 fingers treefle
Pas de transfert : hyperstim Kosmil (7 brybrys au congèle poucehaut)
TEC 13 novembre 2017 : l'embryon est super pray
P.D.S. fin nombre 2017 : testpositif
Naissance d'Élise, à 36SA+5 : 8 juillet 2018 coeurquibat cigrose multiheart (césarienne d'urgence car pré-éclampsie et HELLP syndrom :cry: Kosmil pleurrs)
RDC : septembre 2019 (tardif car allaitement) raain sonne
Depuis, pas de contraception, en attente d'un miracle pray thankyou fingers treefle beberoule

Avatar du membre
Colibri81

Fivette novice
Messages : 5
Enregistré le : 14 février 2018
Mon centre de PMA : 31- Clinique Saint Jean Languedoc (Toulouse)

Message non lu par Colibri81 »

Bonsoir EliseDamour,

Franchement, j'ai du mal à comprendre leur fonctionnement à ces hommes... Dire aussi fermement qu'ils n'en veulent pas et pourtant, avoir des rapports non protégés à des périodes "à risque" :shock: Quelle logique là-dedans ?! De mon côté, s'il y a une chose pour laquelle je me sens "légitime" à lui en vouloir, c'est d'avoir entretenu l'espoir chez moi en n'évoquant pas le sujet et en ayant des rapports non protégés pendant plusieurs mois jusqu'au jour où il m'a dit - en substance - que si je tombais enceinte "par accident", c'est-à-dire sans qu'on l'ait décidé tous les deux, il le vivrait très mal.
Moi maintenant ce que je redoute, c'est les annonces de 2ème, voire plus... Ma soeur est enceinte de son 4ème... et sa 3ème a l'âge de la mienne. Les boules... Par contre, j'ai eu plusieurs annonces récentes de copines ou de cousines enceintes après un parcours difficile (longue longue attente et parfois PMA) et je suis sincèrement contente pour elles car je ressens une sorte de solidarité naturelle pour toutes celles qui ont galéré à tomber enceinte.
Et puis je dois dire que ce que je vis actuellement n'a rien à voir avec ce que j'ai vécu quand j'ai appris que j'avais un "problème" puis pendant le parcours PMA. Ce n'est en aucun cas aussi difficile car je suis devenue maman et ma fille me comble de bonheur tous les jours. Non, là ce qui est le plus dur pour moi c'est cette différence de désir entre mon conjoint et moi, presque je lui en voudrais de ne pas souhaiter d'autre enfant. C'est comme si cela remettait en question ce qu'on vit avec notre fille. J'ai l'impression que cela m'éloigne de lui à tel point que cela me fait peur pour mon couple.
Ton chéri voulait-il plusieurs enfants au départ ? Vous en aviez parlé ? Nous non parce que je n'étais déjà pas sûre de pouvoir avoir un enfant tout court alors je ne me suis jamais donné le droit de penser à avoir plus d'un enfant.
Cela doit être d'autant plus dur pour toi que tu as la possibilité de faire un TEC. Je comprends ta frustration... A ta place, cela me rendrait folle... Déjà que j'ai l'impression d'être folle minnce Combien de temps pouvez-vous les garder ? On ne vous demande pas de faire un point régulièrement ?
Pour la question de l'enfant non désiré, c'est peut-être une piste à creuser en effet. Il en parle ? C'est un sujet tabou dans sa famille ou en discussion ? Comment ça se passe avec ses parents justement ?

Avatar du membre
ÉliseDamour

Fivette novice
Messages : 12
Enregistré le : 02 janvier 2020
Mon centre de PMA : Belgique

Message non lu par ÉliseDamour »

Je ne comprends pas du tout non plus son raisonnement, son comportement. Hier, je ne sais pas comment j'arrive à lui dire que le confinement joue sans doute sur mon cycle car je suis sensée être réglée dans 6 jours mais que je ne pense pas encore avoir ovulé et que j'ai seulement les glaires annonciatrices maintenant (top glamour, j'en conviens :lol:). Il me fait comprendre qu'il ne comprend rien :lol: Je lui dis donc que mon ovulation a plus de 10 jours de retard :?: Il relève la tête en mode "Quoi ? 10 jours de retard ? Comment ça ?" sonne Je lui dis que oui mon OVULATION est en retard. Sans réfléchir, je rajoute que de toute manière quoi ? Qu'est-ce qu'il se passerait si c'était mes règles qui avaient du retard parce que j'étais enceinte ? Il m'a dit qu'il serait surpris et qu'il ne me demanderait jamais d'avorter mais que ce serait un choc pour lui. Je lui fait donc part du fait que c'est un peu étrange comme raisonnement parce qu'on ne se protégeait pas donc qu'il y avait un risque / une chance que ça arrive :roll: Je ne sais plus trop ce qu'il a répondu (j'ai vraiment une mauvaise mémoire quand il ne faut pas...) mais en gros, qu'il ne voulait pas avoir d'enfants à ses 45 ans ou à 70 ans comme je ne sais quel acteur... Jusque là il disait qu'il allait bientôt avec 40 ans et que c'était trop vieux... Puis là il parle de 45 sonne Puis d'habitude il dit qu'on n'a pas assez de temps et d'argent... Sauf qu'hier il disait que j'étais trop bordélique (ce qui est vrai et un gros sujet de disputes)... Donc je m'y perds un peu :?: :?: :?: J'espère qu'il réfléchit un peu et qu'il va peut-être changer d'avis, mais j'ai peur de me faire de faux espoirs. Déjà, que c'est compliqué émotionnellement d'attendre une grossesse naturelle qui a peu de chance d'arriver alors si en plus j'espère qu'il change d'avis... Si ça n'arrive pas je vais m'effondrer !
Surtout qu'après... il devait jouer en ligne avec un ami, donc pas de soirée en amoureux au programme. Sauf qu'après avoir endormie Élise... Il est venu me chercher "pour un petit coup vite fait" alors que je lui avais dit quelques minutes avant que je pensais être en période fertile car glaires et libido +++. Donc je suis complètement PERDUE ! Et sans doute que lui aussi...

Je comprends que tu en veuille à ton chéri :( Quand on s'est rencontré j'avais 18 ans et avec une adolescente très compliquée avec ma mère, je ne voulais pas d'enfants mais lui oui, "un jour". Ça m'est venu comme ça, presque d'un coup, à mes 26 ans. Lors d'une visite de routine chez le gynécologue, il me dit qu'avec le médicament que je prenais pour mon pso, je devais être très attentive à bien suivre ma contraception (ce que je savais déjà) et que je devais arrêter le Médoc au moins 6 mois avant d'envisager d'arrêter ma pilule (alors que le dermato m'avait dit d'attendre un mois et que c'était bon... Ça m'a fait un choc... Quand je suis rentrée, j'ai dit à mon chéri que je voulais un enfant et que je finissais la boîte de mon médoc et que 6 mois après j'arrêterai ma pilule... Ouais c'était pas très finement joué :lol: :lol: :lol: J'ai quand même attendu encore 2 mois avant d'arrêter le fameux médoc... Puis 6 mois avant d'arrêter ma pilule et encore 16 mois avant d'être enceinte... Donc bon, il a eu le temps de se faire à l'idée même si je lui ai un peu mis la pression au début des essais puis pour faire un spermogramme :lol: C'est pour ça que j'essaye de ne pas le brusquer maintenant... Et c'est lui qui est plus demandeur de câlin pour le moment ! Encore tantôt, c'est lui qui vient me chercher en me disant que quand la petite serait au lit, on aura tout notre temps,... Kosmil Donc peut être qu'il a juste besoin de temps, que ça vienne de lui,... ??? j'espère juste qu'il ne fait pas ça pour que je reste, parce que ça me détruirait je pense... déjà que c'est parfois dur de savoir qu'il y a encore des embryons qui n'attendent que nous... brokenheart pleurrs raain

Et pour la partie annonce des deux èmes et plus, limite ça me hante sansvoix Ma meilleure amie en essais bébé 2 depuis quelques jours, qui nous raconte (à mon autre meilleure amie et moi) que son cycle est différent, qu'elle a mal ceci cela, que le test de grossesse est - mais qu'elle ne sait pas quand elle a ovulé, blablabla... Ça me rend dingue mais je ne sais pas comment lui dire d'arrêter sans passer pour la fille conne aigrie et méchante minnce minnce minnce
Moi 30 ans (RAS) | Lui 37 ans (OATS sévère)| Nous 11 ans multiheart
FIV ICSI août-septembre 2017 fingers treefle
Pas de transfert : hyperstim Kosmil (7 brybrys au congèle poucehaut)
TEC 13 novembre 2017 : l'embryon est super pray
P.D.S. fin nombre 2017 : testpositif
Naissance d'Élise, à 36SA+5 : 8 juillet 2018 coeurquibat cigrose multiheart (césarienne d'urgence car pré-éclampsie et HELLP syndrom :cry: Kosmil pleurrs)
RDC : septembre 2019 (tardif car allaitement) raain sonne
Depuis, pas de contraception, en attente d'un miracle pray thankyou fingers treefle beberoule

Avatar du membre
Colibri81

Fivette novice
Messages : 5
Enregistré le : 14 février 2018
Mon centre de PMA : 31- Clinique Saint Jean Languedoc (Toulouse)

Message non lu par Colibri81 »

Hello,
Je trouve enfin le temps de répondre après une semaine bien chargée matériellement et émotionnellement. On a eu une nouvelle discussion avec mon conjoint qui a fait pas mal bouger les lignes. C'est lui qui est venu me chercher, moi je ne voulais pas parler car les dernières fois, je suis sortie détruite de ces discussions où il me redisait qu'il ne voulait pas d'autre enfant. Ça a été long et laborieux mais on a mis pas mal de choses à plat. On a notamment parlé de comment il avait vécu le décalage entre mon désir d'enfant (très fort, vital) et le sien (pourquoi pas) et le fait de s'être trouvé embarqué vers la PMA, la dépression que j'avais traversée du fait de mon hypo-fertilité, etc. Il est d'accord pour "travailler là-dessus", car il admet que cela a laissé des traces (de mon côté, je suis suivie par une psy depuis qu'on a commencé les démarches).
Et puis, il est revenu sur sa décision. Il m'a dit qu'il avait certes peur de ce qu'un 2ème enfant pourrait changer dans nos vies, de la fatigue, des contraintes en plus mais surtout, il avait peur que je souffre que cela ne marche pas, que chaque mois ce soit le drame et qu'au bout d'un moment, je veuille repartir vers la PMA, voire le don d'ovocyte (ce que j'avais envisagé avant de tomber enceinte de ma fille). J'ai essayé de le rassurer du mieux que j'ai pu, en disant que je ne pouvais pas promettre de ne pas être triste si cela ne marchait pas mais que je ne ressentais pas du tout la même nécessité impérieuse à tomber enceinte que la première fois. Et surtout, j'ai exclu l'idée de la PMA et du don. On est donc tombés sur un terrain d'entente : laisser faire les choses et voir si la vie nous fait une belle surprise. Il m'a assuré qu'il serait là et que même s'il ne ressentait pas l'envie comme moi, si cela devait arriver, il serait heureux. Je me sens infiniment plus légère depuis, même si cela ne résout évidemment pas tout.
Il y a probablement aussi beaucoup de peurs chez ton conjoint et cela peut expliquer qu'il te dise "je ne veux pas" tout en prenant des risques. Ou alors il pense vraiment que les chances sont nulles ? Désolée, je ne me souviens plus du problème qu'il y avait pour vous à la base... Cela venait de lui non ?
Bonne journée et bon week-end.

Avatar du membre
ÉliseDamour

Fivette novice
Messages : 12
Enregistré le : 02 janvier 2020
Mon centre de PMA : Belgique

Message non lu par ÉliseDamour »

Pas de soucis, c'est pas toujours facile de trouver le temps :lol:

Super que vous aillez pu en discuter coeurquibat C'est important de pouvoir mettre les choses à plat calmement et sereinement, ça fait du bien !

Quand j'ai lu ton message ce matin, j'avoue que j'étais un peu "jalouse", je me suis dit que ça n'arrivait qu'aux autres de pouvoir en parler calmement, que je chéri changé d'avis,... Et puis au final, nous aussi on a pu avoir une vraie discussion :mrgreen: floower love2
Il enfin donné ce que je pense être les vraies raison de son refus d'une deuxième bébé. Le jour où notre fille est née, il m'a vu mourir. Littéralement, j'étais "en train de mourir" : mon foie me lâchait et clairement, j'ai mis un pied de l'autre côté sauf que personne n'a été là pour lui, pour l'aider à surmonter ça, à passer le cap,... Moi c'est différent parce que ça s'est passé dans mon corps mais ma tête n'étais pas vraiment là. Quand on est arrivé à l'hôpital, j'étais tellement en mode survie que je n'étais pas vraiment là, c'est un peu comme si mon corps bougeait tout seul (je me souviens m'être assisse dans la salle d'attente des urgences car les quelques mètres que je venais de marcher m'avaient épuisée... Puis je le suis levée d'un coup, comme tirer par des câbles invisibles, ce n'est pas vraiment moi qui bougeait c'était une force à l'intérieure de moi qui m'a obligée à me lever et qui me disait de monter en maternité et de trouver quelqu'un parce que ma vie en dépendait). Paradoxalement pour moi ça allait et, globalement, ça va. C'est comme si c'était arrivé à quelqu'un d'autre ou dans un film ou dans un rêve, alors moi je pourrais recommencer sans hésiter. Mais lui était conscient tout du long et il n'a pas eu cette décharge d'adrénaline pour le pousser à rester en vie... Une partie de lui y est restée aussi ce jour là je crois. Il a vraiment peur de me perdre, c'est ça façon de me dire qu'il m'aime en quelque sorte.
Et il a vu mon état pendant la Fiv (j'ai fais une hyperstimulation modéré avec de l'eau au tour des poumons... Ça fait un mal de chien ^^) Et il ne veut pas repasser par là. J'espère avoir pu me rassurer en lui rappelant que le TEC c'est juste 1 piqûre et 2-3 :-P échographies
Je lui ai dit que j'étais perplexe quant au fait qu'il dise ne pas en vouloir alors qu'on ne se protège pas. Il avait quand même l'air un peu inquiet en me disant / demandant que de toutes manières c'était quasi impossible naturellement (oui c'est de son côté le soucis : peu de spermatozoïdes, pas de la bonne forme, peu de mobiles, peu de vivants). Moi j'espère que le fait qu'il ait arrêté de fumer joue grandement en notre faveur pray treefle Il m'a aussi dit que si je tombais enceinte naturellement, ce serait déjà un poids en moins quant à tout ce qui l'angoisse réellement (c'est mon corps qui ai beaucoup encaisser : injections d'hormones, hyperstim, nausées incœrcibles les 4 premiers mois de grossesse, pré éclampsie avec HELLP syndrom raison de la césarienne en urgence). Donc le fait de déjà écarter les injections d'hormones et l'hypersrim avec une grossesse naturelle, ça pourrait déjà le rassurer un peu (sauf qu'un tec c'est à peine plus contraignant que naturellement finalement ! Puisque c'est un TEC sur cycle naturel donc il faut juste déclencher l'ovulation, ce que je trouve être très raisonnable muuscle

Je pense qu'avec le temps, ça lui passera. S'il avait.pu être aidé et soutenu psychologiquement après l'accouchement, ça aurai sans doute aider. Mais de lui même, aller voir quelqu'un n'est pas envisageable raain On sous estime beaucoup le choc post traumatique chez les pères en cas de naissance compliquée :oops: Et la famille et amis n'ont pas aidé. On a beaucoup entendu dire que le principal était qu'on allait bien, que c'était du passé, que ça aurait pu être pire,... Et je pense que ça ne l'a pas aidé. Personne ne lui a dit que c'était très dur ce qu'on avait vécu, que c'était normal d'avoir eu peur de perdre sa compagne et sa fille, qu'il devait en avoir gros sur la patate, que c'était un homme fort même si certains jours étaient compliqués,... C'est déjà difficile de devenir parents, alors dans ces conditions :? Et moi je n'ai pas su être là, j'étais trop occupée à moi ne pas sombrer finalement. Et puis j'avais et j'ai toujours l'allaitement pour me maintenir, me soutenir, me faire savoir que j'étais nécessaire et importante,...

On en arrive donc aussi à la même conclusion : si ça vient naturellement, pour le moment, ça nous va. Et il sait que ce ne sera peut-être pas toujours le cas de mon côté. Et peut-être qu'à ce moment-là, il sera lui aussi prêt fingers treefle pray multiheart coeurquibat bigheart
Moi 30 ans (RAS) | Lui 37 ans (OATS sévère)| Nous 11 ans multiheart
FIV ICSI août-septembre 2017 fingers treefle
Pas de transfert : hyperstim Kosmil (7 brybrys au congèle poucehaut)
TEC 13 novembre 2017 : l'embryon est super pray
P.D.S. fin nombre 2017 : testpositif
Naissance d'Élise, à 36SA+5 : 8 juillet 2018 coeurquibat cigrose multiheart (césarienne d'urgence car pré-éclampsie et HELLP syndrom :cry: Kosmil pleurrs)
RDC : septembre 2019 (tardif car allaitement) raain sonne
Depuis, pas de contraception, en attente d'un miracle pray thankyou fingers treefle beberoule

Avatar du membre
ÉliseDamour

Fivette novice
Messages : 12
Enregistré le : 02 janvier 2020
Mon centre de PMA : Belgique

Message non lu par ÉliseDamour »

PS : je dois être réglée demain... C'est con mais j'espère encore de toutes mes forces, j'y crois et je vois des signes minnce minnce minnce C'est vraiment con parce que je sais que mon cycle est complètement déréglé avec le confinement minnce Je pense avoir ovulé la semaine qui vient de s'écouler donc quasi 10-15 jours après mon ovulation théorie habituelle... Donc je ne vais pas être réglées demain et je vais me faire des films... Je vais faire un test de grossesse qui sera notpregnant notpregnant notpregnant Aucun doute, même pas une petit barre d'évaporation... Mais je vais me dire que ça a été fait trop tôt et donc je vais quand même continuer d'y croire jusqu'à ce que mes règles me mettent en pièce Kosmil brokenheart pleurrs @mbul@nce sonne m@l@de raain hanged smilvener
Moi 30 ans (RAS) | Lui 37 ans (OATS sévère)| Nous 11 ans multiheart
FIV ICSI août-septembre 2017 fingers treefle
Pas de transfert : hyperstim Kosmil (7 brybrys au congèle poucehaut)
TEC 13 novembre 2017 : l'embryon est super pray
P.D.S. fin nombre 2017 : testpositif
Naissance d'Élise, à 36SA+5 : 8 juillet 2018 coeurquibat cigrose multiheart (césarienne d'urgence car pré-éclampsie et HELLP syndrom :cry: Kosmil pleurrs)
RDC : septembre 2019 (tardif car allaitement) raain sonne
Depuis, pas de contraception, en attente d'un miracle pray thankyou fingers treefle beberoule

Avatar du membre
Colibri81

Fivette novice
Messages : 5
Enregistré le : 14 février 2018
Mon centre de PMA : 31- Clinique Saint Jean Languedoc (Toulouse)

Message non lu par Colibri81 »

Hello,
Tout d'abord c'est super que vous ayez pu parler ! Et aussi important pour la suite, quelle que soit l'issue, pour votre couple, pour votre fille qui aura besoin un jour de connaître les conditions de sa venue au monde et évidemment, je l'espère pour toi (pour vous), pour faire la place à ce projet de 2ème enfant... Je crois très fort à l'importance de la parole, de la verbalisation pour dénouer les blocages émotionnels qui, souvent, nous empêchent d'atteindre nos objectifs, de réaliser nos désirs. Vous avez sûrement beaucoup de choses encore à partager sur votre vécu. L'arrivée de ta fille a dû être vraiment difficile pour toi mais aussi pour elle et pour lui. C'est dommage que lui n'envisage pas d'aller voir quelqu'un, cela serait sans doute très utile. Avez-vous envisagé d'autres approches qui vous impliqueraient tous les trois ? Il se sentirait peut-être moins "exposé" ? Nous qui avons eu un parcours très facile une fois que je suis tombée enceinte, on a eu la chance de pas mal parler de ce qu'on avait traversé avant, avec une ostéopathe formée à l'haptonomie. Il existe des personnes formées à la périnatalité, qui peuvent accompagner ce genre de travail sur des expériences passées douloureuses (fausse couche, deuil périnatal mais aussi des choses moins dramatiques comme accouchement prématuré, par césarienne et avec complications).
Par rapport à ton cycle, je comprends tellement le psychotage des derniers jours... Et je n'ai pas de recette miracle pour y échapper ! Juste se préparer tout en restant ouverte à la possibilité qu'une bonne surprise arrive... Et se rappeler que les règles sont synonyme de nouveau cycle donc de recommencement, et non de fin. Pas facile mais bon... Tiens moi au courant en tous cas ! Je croise les fingers
Ta fille est encore allaitée ? C'est super ça ! Moi j'ai tenu 9 mois...

Avatar du membre
ÉliseDamour

Fivette novice
Messages : 12
Enregistré le : 02 janvier 2020
Mon centre de PMA : Belgique

Message non lu par ÉliseDamour »

Bon ben 41e jour du cycle, 10 jours de retard et notpregnant notpregnant notpregnant ... Même pas une foutue barre d'évaporation :lol: Pourtant je vois (encore et toujours :lol: ) pleins de signes : seins douloureux (alors qu'Elise fait des dents donc elle pince plus), aversion lors de certaines tétées et nausées (alors que je suis juste super crevée après 2-3 journées et nuits très compliquée), perte d'appétit (liée au stress de la reprise du boulot), l'impression que les aliments goutent ou sentent "pas comme d'habitude" (mais j'ai ça tellement souvent que je sais que c'est juste dans ma tête :lol:) Comme je pense avoir ovulé plus tard, je vais quand même faire un autre test demain mais je crois que je sais pourquoi je ne suis toujours pas réglée minnce Jusqu'à mardi passé, j'étais H24 avec ma fille qui du coup en a profité pour téter +++ donc ça a mis mon cycle sur pause... Elle a dû reprendre la crèche car j'ai trop de travail, et mon chéri aussi, pour pouvoir la garder sereinement à la maison... Donc elle va à nouveau moins téter et ça va rentrer dans l'ordre doucement. J'ai repris le boulot à ses 8 mois et j'ai eu mon RDC à ses 14 mois... Donc peut-être que le confinement va bloquer tout ça quelques temps. C'est con mais je m'en veux d'avoir cru que peut-être...
Enfin, avec mon chéri on est plus détendu, on a pu en reparler, entre autre grâce à sa grande soeur via Skype. Je pense qu'on en a fait le tour pour le moment. Si ça vient naturellement maintenant c'est bien (parce qu'en fait... Je ne me vois quand même pas faire un TEC dans 2-3 mois. Quand je serai prête à envisager sérieusement un deuxième bébé, on avisera :) De mon côté, je pense aller voir une Doula spécialisée en suivi avant, pendant et après la PMA. Peut-être que ça me fera du bien. On verra comment tout évolue avec le covid,...

Super pour l'allaitement jusqu'à 9 mois ! coeurquibat
Moi 30 ans (RAS) | Lui 37 ans (OATS sévère)| Nous 11 ans multiheart
FIV ICSI août-septembre 2017 fingers treefle
Pas de transfert : hyperstim Kosmil (7 brybrys au congèle poucehaut)
TEC 13 novembre 2017 : l'embryon est super pray
P.D.S. fin nombre 2017 : testpositif
Naissance d'Élise, à 36SA+5 : 8 juillet 2018 coeurquibat cigrose multiheart (césarienne d'urgence car pré-éclampsie et HELLP syndrom :cry: Kosmil pleurrs)
RDC : septembre 2019 (tardif car allaitement) raain sonne
Depuis, pas de contraception, en attente d'un miracle pray thankyou fingers treefle beberoule

Avatar du membre
ÉliseDamour

Fivette novice
Messages : 12
Enregistré le : 02 janvier 2020
Mon centre de PMA : Belgique

Message non lu par ÉliseDamour »

Je viens d'apprendre que la maman d'une petite qui est à la crèche avec ma fille (et avec qui j'étais à l'école) est enceinte de bébé 2 pleurrs C'est nulle que je n'arrive même plus à être heureuse pour les autres raain Là, tout ce que j'ai su faire c'est partir en vitesse pour ne pas lui parler minnce Commencer à dire félicitations, c'est pour quand, bla bla bla, c'est juste impossible. Et surtout risquer qu'on me demande "Et vous, c'est pour quand le deuxième ?" Kosmil
Enfin, mes règles sont arrivées entre temps, comme ça, sans crier gare
Moi 30 ans (RAS) | Lui 37 ans (OATS sévère)| Nous 11 ans multiheart
FIV ICSI août-septembre 2017 fingers treefle
Pas de transfert : hyperstim Kosmil (7 brybrys au congèle poucehaut)
TEC 13 novembre 2017 : l'embryon est super pray
P.D.S. fin nombre 2017 : testpositif
Naissance d'Élise, à 36SA+5 : 8 juillet 2018 coeurquibat cigrose multiheart (césarienne d'urgence car pré-éclampsie et HELLP syndrom :cry: Kosmil pleurrs)
RDC : septembre 2019 (tardif car allaitement) raain sonne
Depuis, pas de contraception, en attente d'un miracle pray thankyou fingers treefle beberoule

Avatar du membre
Life19

Fivette d'argent
Messages : 406
Enregistré le : 13 janvier 2019
Mon centre de PMA : Espagne
Centre étranger : Ginefiv
Âge : 39

Message non lu par Life19 »

Bonjour Élise,
Tout d abord je pense que ce soit pour bb1 ou 2 ou numéro x quand le désir et la et que l on arrive pas a le concrétiser la douleur est la même.
Je vais poser des questions,ce n est pas pourbt embarrasser ou autre mais pour essayer de te faire avancer et de te libérer de toute cette souffrance.
1- Ne serait il pas temps que tu stoppes ton contrôle et ton cahier car pour l avoir vécu pour l alimentation de mon bébé le jour où je l ai mis de côté j ai respiré.Ce sur contrôl t'épuise et te mine littéralement le moral,comme tu connais ton corps fais tout confiance sans te mettre la pression.Tu vas exploser.
2- Si le jour de ton accouchement ton homme avait failli perdre la vie me crois tu pas que tu ferais tout pour ne pas le remettre dans la même situation.Ton homme a failli vous perdre toutes les 2 et au fond de lui te refaire un bébé peut être synonyme de te perdre.Peut être qu un rendez-vous tous les 2 avec le gynécologue pour un tec et une grossesse naturelle lui permettrait de poser ses questions sur ton état de santé a venir et ainsi que pour celle du bébé.
3- Pour la futur maman de la crèche peut être qu aller a sa rencontre et lui dire que vous ne voulez pas d second pourras diminuer un peu( je dis bien un peu car rien n efface cette souffrance) ta souffrance.


Tu lira dans ma signature que les miracles existent.

Bon courage
38 ans avec un passé de 7 années d infertilité (5 fiv icsi ayant donné 9 brybry transférés puis recours au don d ovocytes à ginefiv ou nous avons transféré 4 brybry sur les 6 obtenus).

LOURDE opération d endometriose profonde, sévère et digestive en mai 2018 par le Pr Horace Roman(illeostomie provisoire de 2.5 mois,exerese du nodule recto gaginal, racine sacrées nettoyées, nerfs de la vessie morts à 50% ant l opération ).
(grossesse 100% naturelle qui est arrivée spontanément au premier cycle d essai post op), un vrai bébé couette.
Eliot est né par césarienne le 20/8/19

Avatar du membre
Mifigue

Fivette habituée
Messages : 42
Enregistré le : 05 juin 2020
Mon centre de PMA : 78- Parly 2 (Le Chesnay)

Message non lu par Mifigue »

Coucou !
J'étais dans la même situation que toi.
Je lui ai fait un ultimatum, un 2ème ou c'est fini. Ok c'est Radical mais ça a marché. Je n'allais pas être mal toute ma vie, enfin au moins jusqu'à la ménopause parce que j'en voulais un autre et lui non. C'est sûrement égoïste, mais autant que lui a ne pas accepter un 2ème alors que sa compagne si (c'est pas le 5eme quelle demande, faut être raisonnable des deux côtés !).
Évidemment avant je lui ai expliqué quun enfant unique c'est pas folichon (pour l'enfant), que j'ai fait la PMA par amour, que j'ai attendu qu'il soit prêt à faire un enfant et du coup ça en a mis du temps à cause des essais plus fiv, etc etc. Et que je suis encore jeune pour refaire ma vie et avoir des enfants avec d'autres.
Bon il a fait une grosse crise d'angoisse , mais le lendemain c'était réglé, avec son yolo ahah
Et puis je lui ai dit que c'est pas parce qu'on se lançait dans un tec que ça allait marcher, et puis il aura en sus 9 mois pour s'y préparer.
S'il a oats c'est sur que par un miracle ça peut marcher, mais faut voir a quel niveau. Si c'est un oats sévère, malheureusement ça ne sera pas possible naturellement 😔
Honnêtement je me dis qu'on a déjà souffert avec la fiv, physiquement et psychologiquement, plus l'accouchement (pour certaines), on a assez donné. Ses messieurs peuvent bien satisfaire notre désir de 2em enfant.
mllle 32 RAS
misteer 33 OATS
- janv 17 : début essai
- sept 18 : début FIV
- déc 18 : FIV 1 ICSI annulée et remplacée par IAC : notpregnant (sans surprise au fond)
- mars 19 : FIV 1 bis : 10 ovocytes 5 fécondés 5j5. Transfert 1 J5 : positif !! natte
BB1 né en novembre 19 :boy:
- juin 20 : TEC 1 pour BB2 Prévu le 11 juin notpregnant
- juillet 2020 : nvle tentative ?