Nos amies enceintes et notre souffrance

Avatar du membre
Utopie06

Fivette novice
Messages : 4
Enregistré le : 10 mars 2017
Mon centre de PMA : 75- Clinique de la Muette (Paris 16)

Nos amies enceintes et notre souffrance

Message non lu par Utopie06 » 26 juil. 2018 à 11:27

Bonjour à toutes,

J'ouvre ce post aujourd'hui car je me sens vraiment mal par rapport à une amie qui est enceinte.
Elle connaît par le menu mes difficultés (on essaie depuis 2 ans et demi, avec 2 coelioscopies pour endométriose entre temps, une fausse couche et 3 inséminations). Elle a commencé les essais en février 2018, et en mars elle était enceinte. Elle a tardé pour me l'annoncer (je l'ai su en mai). Et quand elle me l'a annoncé elle était tellement mal pour moi qu'elle en pleurait presque de culpabilité. Et moi j'étais tellement dégoutée de lui gâcher son bonheur de me l'annoncer à cause de tous mes problèmes de m***! Bien sur j'ai tenté de faire bonne figure mais vous imaginez bien ce que j'ai ressenti.
Ma première réaction a été de me dire: "c'est trop dur, je coupe les ponts, je veux plus la voir". Et puis la raison a pris le dessus. Je prends régulièrement de ses nouvelles, je l'ai invitée à dîner il y a 2 semaines avec son mari (et son bidon bien rond), je vais la voir dans son quartier le week end pour pas qu'elle se déplace, je vais à la piscine entre midi et 2 avec elle.
La semaine dernière j'avais envie de me faire une piscine SEULE. Pas envie de papoter, de la voir dégoulinante de bonheur avec son bide, ses projets plein la tête et tout ça. Malheureusement, voila-t-y pas qu'elle se pointe également ! Bon, j'affiche un grand sourire en lui disant que j'ai décidé d'y aller au dernier moment, c'était pas prévu, tout ça tout ça. Pendant le cours, je me déplace pour être dans un endroit où j'avais de l'espace (on fait de l'acqua gym... je m'occupe comme je peux :-D ). Et là visiblement elle l'a super mal pris. Hier je déjeune avec une amie commune. Et là elle me dit que Ségolène (appelons-là comme ça) pensait qu'il y avait un malaise entre elle et moi. Et là, ça m'a plombé le moral.
Je commence à en avoir ras le bol de toujours faire des efforts pour pas être désagréable, pour rester proche d'elle, et au moindre coup de mou j'ai l'impression d'être "sanctionnée". Elle croit quoi ? Qu'il n'y avait pas de malaise jusque là ? Elle croit vraiment que pour moi c'est un réel bonheur de la voir tomber enceinte le 2ème mois alors que pour nous ça fait 29 mois qu'on galère ? Je la trouve soit très naïve, soit très égoïste. Ce matin je lui envoie un petit texto sympa pour entamer une discussion... qui est resté lettre morte.

En plus de toutes les galères qu'on se tape, de tous les échecs mensuels, de la médicalisation et l'inhumanisation du processus de procréation, les injections d'hormones à doses de cheval pour ne produire que 2 pauvres follicules dans le meilleur des cas, les crises de larmes quand ça ne marche pas, des non-vacances pour être disponible pour ces protocoles à la noix, je dois en plus me taper ça !

Franchement, j'en peux plus.... désolée pour ce post hyper long mais j'ai tellement besoin de me défouler et de partager !

Bises à toutes, je sais que je ne suis pas la seule à subir ce genre de vexations qui peuvent passer pour anodines (et qui le sont) mais qui sont juste la goute d'eau qui fait déborder le vase... Vous avez déjà vécu des situations dans le genre ?
Essais depuis fev 2016 chidog
Découverte endométriose octobre 2016
Coelioscopie nov 2016
Retour endométriose. 2ème coelioscopie oct 2017
Janvier 2018 testpositif
fausse couche Mars 2018 brokenheart pleurrs
IAC 1 mai 2018 notpregnant
IAC 2 juin 2018 notpregnant
IAC 3 juillet 2018

Avatar du membre
MarineB

Fivette de bronze
Messages : 115
Enregistré le : 29 mars 2018
Mon centre de PMA : 78- Parly 2 (Le Chesnay)

Message non lu par MarineB » 26 juil. 2018 à 17:37

Bonjour,

Je viens de tomber sur ton post et j'avoue avoir hésité avant de répondre , je t'explique pourquoi :
Tout d'abord sache que je ne te juge pas , ni toi , ni ton ressenti face à la grossesse de ton amie. Je ne peux pas te juger car j'ai été comme toi. Mon mari et moi avons commencé les essais bébé en 2014 et pendant 3 longues années RIEN... et voilà que je tombe enceinte naturellement ! Malheureusement j'ai tout comme toi fais une fausse couche.
Pendant ces trois années sans résultat beaucoup de mes amies sont tombées enceintes ! Et c'est à ce moment là que je me revois penser comme toi " pourquoi pas moi ? " " Ah super tu es enceinte ! "Mais au fond de moi j'étais rongée par la tristesse et parfois la jalousie... J'ai essayé d'éviter toutes ces personnes heureuses de célébrer leur grossesse... Ensuite j'ai fait ma fausse couche & là c'était pire ! je ressentais beaucoup de choses négatives en moi , j'étais frustrée , triste , en colère , je ne supportais plus qu'on me parle de grossesse autours de moi etc...
Et un jour mon mari & mon médecin m'ont expliqué que je ne pouvais pas continuer à ressentir tout ça , en tout cas je ne pouvais pas continuer à nourrir tous ces sentiments négatifs.Cela n'aiderait en rien le processus de Pma que nous allions entreprendre quelque mois plus tard...
Tout cela m'a beaucoup fait réfléchir! Pourquoi je ne pourrais pas ressentir tout cela tranquil sans qu'on essaye de me faire la morale ou que je me sente coupabl d'être en colère????
Le médecin nous a demandé de laisser passer un petit peu de temps pour débuter tout ce protocole le plus sereinement possible. Pendant un mois j'ai beaucoup discuté avec mon mari de tout ça et j'ai finalement réaliser que ce comportement ne m'avait finalement apporter que peu de chose positive : J'ai perdu des amies avec qui j'ai coupé les ponts car c'était douloureux de les voir enceintes , du coup celles qui étaient au courant de mon parcours n'étaient plus là pour m'écouter et mine de rien me soutenir. J'ai accumulé beaucoup de pensées négatives et ça ce n'était pas bon : ni pour moi , ni pour mon mari et encore moins pour être dans les meilleures conditions pour affronter la PMA. Alors j'ai changé , j'ai positivé , j'ai pris du recul. J'ai pensé à autre chose qu'à mes résultats négatifs et aux résultats positifs des autres...Je me suis juste concentrée sur moi , mon mari et notre bien être.

Au début de mon message je te disais que j'avais hésité à t'écrire et que je t'expliquerai pourquoi : Eh bien aujourd'hui je suis de l'autre côté du miroir ! voilà pourquoi...
J'ai eu de la chance et mon pacours IAC a porté ses fruits , je suis aujourd'hui enceinte... Et je me rends compte à quel point il peut être difficile d'en parler à quelqu'un qui attend depuis longtemps ce bonheur , la preuve ton amie à même pleurer devant toi pourtant elle ne te doit rien mais elle t'estimait tellement qu'elle avait peur de te blesser ..Mais aujourd'hui je me demande aussi " est ce que je dois me sentir coupable après avoir affronté toutes ces années de tristesse , une fausse couche et moi aussi les médicaments et piqûres? Est ce que je dois me cacher , me sentir honteuse d'avoir obtenu ce pourquoi je me suis battue ?" je ne crois pas . Ton amie doit être triste de devoir se sentir coupable d'être heureuse alors qu'elle aurait voulu t'avoir auprès d'elle tout en étant dans la retenue ... Je me rends compte de ce que j'ai fait subir à certaines personnes.
Que ce soit le résultat d'un combat par la Pma ou grâce a mère nature qui à été généreuse , on à toutes souhaiter avoir un enfant et notre souhait s'est réalisé et le tien se réalisera aussi . Que feras tu si tu apprends à ce moment qu'une amie à toi galère pour en avoir un ou si tu tombes sur quelqu'un qui te raconte être dans l'attente de ce bonheur depuis longtemps ? Tu te cacheras ? Non car tu seras fière qu'enfin après cette galère , la vie t'accorde ce cadeau!!

Je comprends vraiment ton discours et ne te juge pas car j'ai été comme toi vraiment , mais pour terminer ce long post ( et je m'excuse de sa longueur) je te souhaite vraiment de prendre du recul avec le temps qu'il te faudra . Je te souhaite un beau +++ et te donne toute ma force pour y arriver.
Moi: 26 ans
Lui: 29 ans
Nous : Essais bébé depuis 2014
Infertilité inexpliquée minnce
pregnant Grossesse naturelle en juillet 2017 mais fausse couche en septembre 2017
IAC 1: mai 2018 ---> pregnant pray bébé prévu pour fin janvier
échographie 1er T fin juillet : tout est ok :-)
rendez-vous pour connaître le sexe le 13 septembre ---> :girl: :girl:
échographie 2ème T prévue le 21 septembre ---> tout va bien
échographie 3ème T prévue le 30 novembre

Avatar du membre
elli

Fivette d'or
Messages : 626
Enregistré le : 03 février 2017
Mon centre de PMA : Gynécologue de ville
Centre étranger : Groupe médical IDK

Message non lu par elli » 26 juil. 2018 à 23:00

Bonjour,
Je pense que tu ne dois pas te sentir coupable dans cette situation. L’amitié est un échange équitable. Aujourd’hui ton amie nage dans le bonheur et c’est à elle de comprendre ta peine, demain ce sera peut être ton tour de soutenir ton amie car « chacun peut maîtriser une douleur, excepter celui qui souffre »…..
En PMA depuis 2014 (4 Fivs , 3 transferts, 1 fausse couche à 7.5 SA)
Fiv Do à l'étranger:26/04/18- transfert 1j5 (3 embryons vitrifiés), fausse couche à 6.5 SA
mutation facteur V hétérozygote =>anticoagulants.
11/18 - transfert annulé car le taux d’œstrogène élevé; 02/19 hyperthyroïdie
18/07 - consultation avec l'endocrino à la clinique étrangère, tev acceptable.

Avatar du membre
floflo2810

Fivette d'or
Messages : 509
Enregistré le : 20 juillet 2018
Mon centre de PMA : 92- Centre Pierre Cherest (Neuilly-Sur-Seine)
Âge : 34

Message non lu par floflo2810 » 28 juil. 2018 à 20:12

Bonjour !!

Ton message m'a beaucoup touché car je m'y retrouve complètement !!
Mon parcours très brièvement : nous essayons depuis 1 an d'avoir un enfant (10 ans que nous rêvons l'un comme l'autre d'être parents mais nous ne nous étions pas encore rencontrés^^! ) et nous avons appris l'azoospermie de mon conjoint récemment (lié à une anomalie chromosomique) nous attendons une biopsie testiculaire en septembre et les medeçins ont été clair : 1 chance sur 2 de retrouver quelques spermatozoides pour une FIV = un risque sur 2 de ne pouvoir avoir d'enfant génétique de l'homme que j'aime, c'est très dur à imaginer....
Une de mes meilleures amie est tombé enceinte à son 1er cycle d'essai, alors que j'essayai déjà depuis plusieurs mois. Je me rappelle bien elle m'avait dit alors "tu vas me détester si je tombe enceinte avant toi ! " PLus jeune que moi, déjà un petit garçon de 4 ans, j'estimai effectivement que c'était mon tour plus que le sien ! et je l'ai effectivement détesté d'être tombé enceinte si vite, j'ai malgré tout essayé de faire bonne figure mais au fur et à mesure que son ventre s'arrondissait j'ai malgré tout pris des distances, une ou deux fois je lui ai écrit pour lui expliquer que c'était douloureux pour moi mais que ce n'était pas contre elle personnellement et que ça n'enlevait rien à notre amitié. Je me disais que ça allait me passer avec le temps....
Et puis il y a 1 mois elle a accouché ! En parrallèle on était en train d'apprendre les soucis de mon conjoint et que le parcours allait sans doute être encore long....j'étais effondrée et j'ai envoyé un texto un peu froid de félicitations. Puis plus rien...et il y a quelques jours elle m'a écrit "tu sais en tant qu'amie ça me fait vraiment bizarre que tu ne sois pas là..." Son message n'inspirait pas le reproche ni la tristesse non mais il m'a donné un certain déclic : effectivement c'est bizarre, je suis son amie et je devrais être présente.
Mon amoureux m'a beaucoup aidé aussi à prendre du recul par rapport à ma colère. Pendant tout ce temps je n'arrêtai pas de dire que j'avais le droit d'être en colère, que ce n'était pas toujours à moi de faire des efforts. Mais j'ai réalisé que ce n'était pas elle mon amie l'objet de ma colère mais la situation, cette injutice. Alors oui on a le droit d'être en colère, il n'y a rien de plus légitime mais il ne faut pas se tromper de cible :) Et puis elle vient d'avoir un deuxième enfant et j'en suis malade de jalousie mais j'ai un boulot que j'adore et je gagne bien ma vie, peut être qu'elle me l'envie, j'ai un chéri en or que je trouve mille fois plus attentionné que tous les autres, peut être qu'elle me l'envie... bref, le bonheur ne se rattache pas qu'à des évènements plus ou moins malheureux de la vie, c'est un ensemble et chacun a un parcours bien singulier avec son lot de chance et d'injustice, de malheur et de joie...
J'ai appelé mon amie et je lui ai tout raconté, elle a pleuré en me disant qu'elle trouvait sa tellement injuste pour nous....son empathie m'a remplit de bonheur. Je vais lui rendre vistite dans quelques jours et je sais que je trouverai la force de dépasser ma tristesse car ça va être magique de partager ça avec elle et dans quelques temps ce sera sans doute mon bébé que j'aurai plaisir à présenter aux gens que j'aime ;)
Courage ! je comprend tellement bien ce que tu ressens mais il faut garder la colère comme énergie positive pour se battre dans le parcours PMA et s'accrocher à l'amour de nos proches pour y puiser de la force !
N'hésite pas à dire tout ce que tu ressens, c'est la clé je pense, les gens ne peuvent pas comprendre sinon....
Grosses bises et pensées positives !!!
Moi 34 ans / chéri 36 - en essai depuis août 2017
Juin 2018 : découverte de l'azoospermie = délétion du chromosome Y
Octobre 2018 / Biopsie testiculaire et FIV ICSI : seulement 3 spermatozoides retrouvés = 1 embryon = notpregnant pleurrs
Février 2019 : rendez-vous CECOS pour demande de don
Septembre 2019 : FIV avec donneur !

Avatar du membre
Jack

Fivette habituée
Messages : 35
Enregistré le : 11 avril 2018
Mon centre de PMA : 51- Polyclinique de Courlancy (Reims)

Message non lu par Jack » 29 juil. 2018 à 11:10

Je me reconnais dans ce que vous dîtes.
On essaie de faire un bébé depuis 3 ans. Au début, ça nous a pris sur un coup de tête. Ça faisait un an qu'on était ensemble et j'étais certaine, je le suis encore, que c'était l'homme de ma vie. Le genre de chose que l'on ressent indescriptible mais tellement fort. On était loin de se douter que ça serait difficile.
Les mois on passé et toujours rien. On ne calculait pas, on faisait des câlins souvent.
On a appris, par un simple SMS que son frère allait être papa, cette journée à été horrible car encore une fois, test négatif pour nous alors qu'il y avait un retard. On a craqué tout les deux. On a essayé de se changer les idées mais... ça nous a fichu un coup. J'ai pris un rendez-vous chez un gynécologue pour faire des examens. Je passe les détails mais apparemment c'est moi le problème. Ok.
En attendant, on s'est éloigné et ignoré sa famille, qui ne comprenait pas vraiment. Entre temps, des amies tombaient enceinte et j'étais prise de jalousie, je me suis éloignée, ne voulais plus parler à personne. C'était une obsession.
Au bout d'un an, je suis tombée enceinte naturellement mais fais une fausse couche. On s'est effondré et encore plus fermé aux autres. Hors de question de voir le bonheur des autres pour avoir un pleine figure nos échecs.
On a fait une pause bébé, je ne voulais plus en entendre parler, c'était même tabou.
Il fallait que je réfléchisse à ce sentiment de jalousie qui me rendait malade. Faire une introspection.
On a commencé à prendre un peu de nouvelle du bébé de son frère... Lui acheter des choses, tout ça. Accepter de la voir... Ainsi que mes amies, prendre des nouvelles de leur bébé, d'elle. On ne s'est jamais justifié de quoique ce soit. Entre temps, on s'est marié, construit notre vie, sans bébé.
Une amie, un jour, m'a dit d'aller consulter un spécialiste de la fertilité, histoire de voir, de poser des questions, de savoir pourquoi. Ce que nous avons fait. Ça a mis un an pour prendre la décision de le faire car je n'étais pas débarrasser de ma jalousie.
Aujourd'hui, je suis ravie d'apprendre une naissance! Sincèrement et mon mari aussi. J'ai dépassé ce stade.
C'est pas facile d'accepter mais c'est une étape nécessaire je pense pour mieux vivre l'asenceur émotionnel qu'est la PMA. On prend pas mal de chose avec humour aujourd'hui.

Avatar du membre
Shemsy

Fivette de bronze
Messages : 123
Enregistré le : 11 juin 2018
Mon centre de PMA : 75- Hôpital des Diaconesses (Paris 12)

Message non lu par Shemsy » 30 juil. 2018 à 20:56

Bonjour,

Ton amie a mis du temps pour te le dire et en a pleurer de peur de te blesser, aujourd'hui elle se sent triste qu'il y ait un malaise. Ses réactions montrent qu'elle tient à toi...

Car oui il y'a malaise, sinon pourquoi l'éviter, pourquoi se forcer à ne pas être désagréable...

Je ne te juge pas, je sais à quel point c'est compliqué...
Peu de temps après le deces de mon fils une amie a accouché, je n'ai pas pu rentrer dans la maternité, elle l'a compris, tout simplement car c'est mon amie.
Pourquoi vouloir absolument faire bonne figure?
C'est épuisant et on se braque contre les autres, les autres qui n'ont rien à voir avec nos souffrances...

Oui on vit des choses compliquées et difficiles, mais pourquoi pas consulter si parfois la souffrance te depasse?
Parce que oui c'est humain...

Ne crois pas que je te juge, ici on est toutes passé par ces moments difficiles.
C'est juste qu'il serait dommage de perdre cette amie qui a pourtant l'air bienveillante...
Si la voir te demande des efforts, c'est peut être qu'il faudrait en parler...

Je sais à quel point le chemin est difficile, mais ce n'est jamais à cause des autres...
Moi OPK - Lui OATS
Moi 40 ans, lui 38 -Ensemble depuis 17 ans coeurquibat coeurquibat

1 IAC negative

8 tentatives de FIV :
- 1 grossesse, mais notre fils a une malformation pulmonaire et nous quitte à l'âge de 28 jours.
- Une 2nde grossesse mais fausse couche à 11 semaines
- 2 tentatives sans transfert
- 4 FIV negatives

On y croit encore!

Dernière (et 9eme) tentative en Juillet 2018 : C'est testpositif. :amour:
Début du psychotage intensif! ;-)

Avatar du membre
Mae972

Fivette fidèle
Messages : 63
Enregistré le : 07 décembre 2017
Mon centre de PMA : 972- Clinique Ste Marie (Martinique)

Message non lu par Mae972 » 31 juil. 2018 à 21:47

Bonjour,

Je comprend tout a fait ton sentiment et il est tout simplement humain. Ceux et celles qui te diront que tu n'as pas le droit de ressentir ça à un moment ou à un autre n'ont jamais vécu l'attente interminable d'un enfant.
Ca fait 4 ans que nous essayons avec mon conjoint et 4 ans que nous faisons les montagnes russes entre espoirs et échecs. 4 ans que nos amis nous annoncent qu'ils attendent un heureux événement. Cette année est la plus compliquée. 4 amies tombées enceinte en début d'année et ma belle soeur qui vient de m'annoncer qu'elle aussi attend un heureux événement. Ouchhhhh.
Quoi qu'il en soit la decision la plus sage serait de ne pas te séparer de ton amie de partager son bonheur parceque avant d'envisager un enfant vous etiez amies. Il faut aussi parler lui expliquer ce que tu ressens si c'est vraiment une amie elle comprendra. Je sais que c'est dur mais un jour viendra tu verras ou toi aussi tu pourras laisser éclater ton bonheur. Courage il faut continuer d'y croire 🤞
misteer Lui: teratospermie
mllle Moi:endometriose
nuitamour Essai bébé depuis 2014
Entrée en Pma 2017
Fiv 1 avril 2018: pleurrs arrêt du protocole suite a la formation de kystes
Fiv 1 Bis février 2019; treefle 4 ovocytes...4 fécondés en ICSI.. 3 bloqué à J2 et J3. 1 J5 transféré.
testpositif 43ui / 210ui / 791ui pray tiens bon mon grain de riz bigheart
28/03/2019: première échographie son coeur bat coeurquibat treefle pray
08/04/2019: son petit coeur s'est arrêté. pleurrs brokenheart

Avatar du membre
Laeti33

Fivette de platine
Messages : 761
Enregistré le : 09 septembre 2017
Mon centre de PMA : 33- Polyclinique Jean Villar (Bruges)
Âge : 33

Message non lu par Laeti33 » 03 août 2018 à 12:02

Coucou les filles.

Je suis tellement d'accord avec vous toutes !

Pour nous, nous entamons la 3ème année essai bébé et malgré notre "infertilité inexpliquée" on y croit encore et encore. Passé la 1ère année d'essai, les annonces ont commencées à être de plus en plus difficiles. A chaque fois qu'une amie, une collègue, venait me voir en commençant par "J'ai quelque chose à t'annoncer ..." ... je sentais mon coeur qui s'emballait, ce poids dans le ventre mais avec, malgré tout ça, mon sourire figé sur le visage et le "vas-y raconte !", une fois sur deux c'était bien évidemment pour une énième annonce : "J'attends un bébé !" ... Pendant plus de 2 ans, exactement comme vous, en façade je paraissais heureuse pour elle, à poser des questions qui me torturaient intérieurement ... En parallèle, je commençais à m’intéresser au développement personnel, aux techniques pour adoucir ces maux par la méditation, le yoga, les pensées positive entre autre.

Depuis ces 6 derniers mois, j'ai réalisé tellement de choses. Comme tu dis Jack : il arrive un moment où OUI on envie cette amie avec son bidou tout rond mais quand on se met à observer un peu plus ce qui se passe chez nous, à profiter de l'instant présent on se rend compte que nous avons déjà tellement de belles choses : un mari attentionné, des amis en or, une famille que l'on aime et avec qui nous sommes proches, nos boules de poils remplis d'amour, un boulot que nous aimons, la possibilité de se faire plaisir, ces petits weeks-end à l'arrache ... bref nous possédons tellement mais nous sommes tellement captées par notre projet, ce besoin viscérale de créer la vie, et c'est normal c'est juste qu'il nous faut le temps de réaliser, d'en prendre conscience.

Comme dit floflo2810 : utilisons cette colère pour continuer notre combat et non en la reportant sur ces femmes qui n'y peuvent rien.

Comme dit Marine B : le jour où nous serons nous-même dans la situation où nous pourrons crier haut et fort "JE SUIS ENCEINTE" est-ce que nous nous empêcherons de le faire ? Est-ce que nous nous empêcherons de marquer notre bonheur dès que nous en aurons l'occasion ? J'espère que non car nous le mériterons.

Ces derniers temps j'ai décidé d'adopter une nouvelle attitude : ne plus faire semblant tout simplement. Ce n'est pas quelque chose qui se fait du jour au lendemain mais très honnêtement en agissant de la sorte je vous assure que vous vous sentez plus légère et, par la même occasion, les annonces vous paraissent moins ... cruelles, elles sont difficiles certes mais ça fini par glisser et vous pouvez vous étonnez à vous remonter le moral grâce à elles en se disant : "La preuve, c'est possible"!
Alors maintenant quand on me demande si ça va et que je me trouve dans une période "down" et bien je réponds simplement "non c'est pas ça en ce moment", je ne me justifie pas. Face à mes amies, mes collègues, elles sont pour la grande majorité au courant de ma situation et depuis que j'agis de la sorte, je ressens beaucoup de bienveillance de leur part. Chose qui m'aide énormément !

Utopie06 : ton ressenti est normal, la situation de ton amie est comme un miroir pour toi, elle te reflète le fait que tu n'as toujours pas accédé à ce bonheur, que tu dois probablement vivre comme un échec. Parle-lui, explique-lui que ce n'est pas vis-à-vis d'elle que tu as de la rancœur, qu'il y a ces moments où c'est plus facile pour toi à gérer (ces moments toutes les 2 à la piscine, vos moments ensemble) mais comme pour tous il y a des moments de moins bien où tu apprécies de te retrouver un peu seule. Lorsque tu l'as croisé ce jour là à la piscine, tu y allais pour avoir un moment juste pour toi, et bien explique-lui. Elle a été blessé de voir ton attitude, peut-être parce qu'elle même n'était peut-être pas bien ce jour-là (par exemple, une dispute avec son homme ou un problème au boulot) et qu'en te voyant elle savait qu'elle allait y trouver un peu de réconfort. Il y a une différence entre ce que l'on voit et ce qu'il en est en réalité. Il y a un peu moins d'un an, à la suite d'une énième annonce grossesse au boulot. Quelques minutes après j'ai craqué, j'ai finis par pleurer. Une collègue me disait "Observe sa vie à elle, rappelle-toi tout ce qu'elle nous raconte : ses problèmes de couples, avec sa famille, le boulot qu'elle n'aime plus, etc ..." ce n'est pas une question de se comparer mais juste de prendre conscience des choses, de relativiser. Comme je me dis "tant que qu'on y croit sincèrement, ça arrivera, point." ...
Le plus difficile je pense ? Accepter ces moments où l'on perd un peu de cet espoir, mais toujours se dire que ça finira par arriver quoiqu'il arrive. Tant qu'on y croit tout est encore possible.

J'espère une pluie de +++ dans les mois à venir pour nous toutes !! treefle
Début des essais : Mai 2015
Entrée en PMA : Juin 2017
Notre situation : Infertilité inexpliquée

Août 2017 à Janvier 2018 : 4 Stimulations ovariennes : notpregnant
Année 2018 : "pause PMA"
2019 : c'est reparti floower
Février 2019 : rendez-vous de reprise
Avril et Juin 2019 : 2 IAC | Gonal 75ui + Ovitrelle notpregnant
Septembre 2019 : mise en route du protocole FIV muuscle

Sourions à nos rêves coeurquibat Bientôt je serai Mamanbeberoule

Avatar du membre
Lilica

Fivette de platine
Messages : 945
Enregistré le : 06 mai 2018
Mon centre de PMA : 57- Hôpital Femme Mère Enfant Mercy (Metz-Thionville)

Message non lu par Lilica » 03 août 2018 à 21:53

Bonsoir à toutes...
Je ne vais pas être d'une grande aide mais je suis dans le même cas que vous... C'est de plus en plus difficile...
Et pour moi, il ne s'agit pas seulement des femmes enceintes, mais surtout des couples avec des jeunes enfants, des bébés dont ils s'occupent... Et aussi ces soirées au cours desquelles une conversation sur 2 est sur les enfants.
Je ne supporte plus rien. Comment faire ? Moi j'ai décidé de ne plus aller aux soirées, c'est un besoin de protection que je ressens au profond de moi. Je ne souhaite plus non plus voir mes amies en couple mais pas maman car je sais que d'un jour à l'autre elles m'annonceront qu' elles sont enceintes.
Bref, je m'isole beaucoup mais c'est la seule façon que je trouve pour me protéger un peu de cette souffrance tellement forte...
Comment faire sinon ?...
Moi 34 ans amh 1.2 ; lui 35 ans ras
Essai bébé depuis 2015
4 iac : notpregnant
Fiv 1 novembre 2017 : 1 j2 notpregnant :cry:
Fiv2 mars 2018 : 1j2 , 0 j5 . pas de transfert
Fiv2 bis juillet 2018 2j3 notpregnant minnce brokenheart brokenheart
Changement de centre, un nouveau départ
Fiv 3 novembre 2018 : 4j5. Transfert frais 1 j5 notpregnant Kosmil
Tec1 et tec2 j5 testpositif grossesse biochimique x 2
Tec3 testpositif fausse couche précoce brokenheart

Avatar du membre
floflo2810

Fivette d'or
Messages : 509
Enregistré le : 20 juillet 2018
Mon centre de PMA : 92- Centre Pierre Cherest (Neuilly-Sur-Seine)
Âge : 34

Message non lu par floflo2810 » 05 août 2018 à 12:26

Bonjour les filles !!

Merci Laeti pour ton très joli résumé, en prenant différents extraits des témoignages de chacune, ça fait tellement écho précisément à ce que je ressens...tu as tout dit !
Je crois que ne pas faire semblant est peut être effectivement LA clé pour avancer et apaiser notre douleur face à notre entourage, en particulier les annonces de grossesse.
ça tombe d'ailleurs à point nommé dans mon petit parcours personnel, puisque pas plus tard que vendredi je suis allé rendre visite à ma meilleure amie qui vient d'accoucher. J'ai mis 15 jours à aller la voir et je sais que ça l'a beaucoup peiné, je lui ai expliqué que j'avais besoin de temps, que c'était très dur, j'ai pleuré en prenant son bébé dans mes bras, mais elle a été vraiment à l'écoute et en lui expliquant ma souffrance je pense qu'elle a mieux compris ce que je traversais et je me suis sentie bien plus soulagée d'être dans cette vérité que lorsque je prenais mes distances pour moi aussi me préserver. En faisant ça finalement on rumine et on ne sent pas mieux je crois.
Le soir même, des amis de mon conjoint sont venus dîner à la maison, je m'étais dit "chouette ça va me changer les idée" et dès qu'ils sont arrivés, ils ont sorti leur téléphone pour nous montrer une échographie vidéo et nous annoncer cette nouvelle.
Et là, je ne m'y attendais pas du tout, c'était super brutal pour moi émotionnellement, j'ai fondu en larmes, ils étaient tout penaud et gênés les pauvres. On leur a expliqué un peu notre situation, ils nous ont dit qu'ils avaient essayé pendant 3 ans avant qu'elle tombe enceinte naturellement, j'ai pas pu m'empêcher de penser que leur problème était quand même beaucoup moins grave que le nôtre mais bon ça m'a quand même fait du bien d'en parler et ne pas feindre la joie totale....après ça j'ai pu être sincérement heureux pour eux, parceque bien sûr au fond on souhaite à tout le monde de connaître ce bonheur.
Un jour bientôt ce sera notre tour, ça vaut le coup !!!!
De mon côté après cet épisode, j'ai décidé d'aller en parler à une psychologue, j'espère que ça m'aidera à mieux gérer cette attente.
Plein de pensée positives et bon dimanche à toutes !!!
Moi 34 ans / chéri 36 - en essai depuis août 2017
Juin 2018 : découverte de l'azoospermie = délétion du chromosome Y
Octobre 2018 / Biopsie testiculaire et FIV ICSI : seulement 3 spermatozoides retrouvés = 1 embryon = notpregnant pleurrs
Février 2019 : rendez-vous CECOS pour demande de don
Septembre 2019 : FIV avec donneur !

Avatar du membre
Laeti33

Fivette de platine
Messages : 761
Enregistré le : 09 septembre 2017
Mon centre de PMA : 33- Polyclinique Jean Villar (Bruges)
Âge : 33

Message non lu par Laeti33 » 06 août 2018 à 14:04

Lilica : je pense pas qu'il y a une bonne ou une mauvaise façon de réagir, ce qui compte c'est que toi tu te sentes bien ou mieux ... Tu te dis être obligée d'opter pour le choix de t'isoler pour te protéger, si c'est ce dont tu as besoin en ce moment alors sans aucun doute il faut agir comme bon te semble. Essaye malgré tout de garder un lien avec au moins une personne pour évacuer les choses. C'est important que tu puisses extérioriser par les mots même si sur le moment ça peut paraître anodin :-)

Floflo2810 : tu as fais une jolie avancée et tu es sur la bonne voie je pense. L'idée d'être accompagné par une psychologue ne va qu'être bénéfique j'en suis certaine ! L'épisode avec tes amis prouve que tu commences à t'écouter et à te montrer telle que tu es :-) C'est très positif !
Début des essais : Mai 2015
Entrée en PMA : Juin 2017
Notre situation : Infertilité inexpliquée

Août 2017 à Janvier 2018 : 4 Stimulations ovariennes : notpregnant
Année 2018 : "pause PMA"
2019 : c'est reparti floower
Février 2019 : rendez-vous de reprise
Avril et Juin 2019 : 2 IAC | Gonal 75ui + Ovitrelle notpregnant
Septembre 2019 : mise en route du protocole FIV muuscle

Sourions à nos rêves coeurquibat Bientôt je serai Mamanbeberoule

Avatar du membre
Biscott

Fivette d'or
Messages : 639
Enregistré le : 11 mars 2018
Mon centre de PMA : 67- CMCO (Schiltigheim)
Âge : 38

Message non lu par Biscott » 10 août 2018 à 06:48

Je comprends très bien la situation... Moi aussi je me suis éloignée de certaines personnes car cela dégoulinait de bonheur et j'en avais trop marre d'être spectatrice de ce bonheur unilatéral... Et quand les gens sont dégoulinant de bonheur ils ne savent plus être à l'écoute de ce qui ont des difficultés... comme si leurs récepteurs empathiques ne fonctionnaient plus.... Ce n'est pas ma conception de l'amitié...

Par contre une de mes meilleures amies a connu des problèmes de fertilité comme moi, pas pour les mêmes raisons mais mêmes conséquences...
Elle est aujourd'hui enceinte et bientôt maman... j'aurai pu lui en vouloir (annonce faite a un moment compliqué pour moi, sentiment d'abandon dans le combat ) mais je suis trop contente pour elle, elle le mérite tellement et sans doute que cela me redonne inconsciemment un peu d' espoir... Et surtout on est resté à l'écoute l'une pour l'autre. Peut-être aussi lié à un début de grossesse difficile ce qui l'a empêché d'être trop vite trop dégoulinante de bonheur...
blonnde Moi 38 ans
ch@peau Lui 37 ans
cuupidon En 2007, pacsé en 2015, fiancé en 2017.
beberoule Essai bébé depuis 2014
boat Embarquement PMA 2017 boat
Diag 1: SOPK
Stimulations ovariennes: 01.2018 + 02.2018 notpregnant
HSG: 03.2018 -> Diag 2: Cloison utérine
Hystéroscopie opératoire: 05.2018 Kosmil
IAC 1: 26.07.2018 notpregnant
Stimulation ovarienne: 08.2018 notpregnant
IAC 2: 20.09.2018 -> pregnant multiheart
La cigooogne est passée le 2 juin 2019, c'est une :girl: !!!