PMA et travail en crèche

Avatar du membre
Babelle

Fivette novice
Messages : 3
Enregistré le : 14 octobre 2016
Mon centre de PMA : 93- Hôpital Jean Verdier (Bondy)

Re: PMA et travail en crèche

Message non lu par Babelle » 11 nov. 2016 à 11:00

Bonjour,
Ma 1ère fiv s'est soldé par un échec. Pas d'arrêt entre le transfert et le test. La, je me dis que pour la prochaine fiv, je prendrais plus soin de moi. Donc, je m'arrêterais. Cette 1ère expérience, auquel s'ajoute la fatigue, le stress et les maladies de l'hiver, je m'arrêterais après le transfert.
Quand je vois comme je suis fatigué alors que je suis en stand by fiv, c'est tout réfléchi.
J'ai passé les 40 ans. Et je dois prendre soin de moi.

Avatar du membre
ravinala

Fivette de bronze
Messages : 235
Enregistré le : 27 août 2016
Mon centre de PMA : 85- Clinique St Charles Procrealis (la Roche-Sur-Yon)
Âge : 33

Message non lu par ravinala » 11 nov. 2016 à 11:48

Pour ma deuxième tentative, je me suis arrêtée du début du protocole jusqu'à 3/4 jours après le transfert. 3 semaines en tout.
J'avoue que ça n'a pas été du luxe. J'étais détendue, pas stressée pour demander des changements d'horaires à mes collègues en fonction des rendez-vous, le soir je ne courrais pas à la sortie du boulot pour faire mon injection, je me reposais la journée. Bref je t'encourage à le faire!
Nos parcours sont tellement difficiles et éprouvants, on peut s'accorder une petite pause pour mettre un maximum de chances de nos côtés!

Tu travailles dans quel type de structure?
[Lui 37ans spermogramme ok; moi 30ans et IO]
Ensemble depuis 9 ans multiheart
FIV1: 4 ovocytes, 1 blastocyste notpregnant
FIV2: prévue fin Septembre début Octobre 2016 pregnant
Echographie T1 le 21/12/16: 6 cm de bonheur! Tout va bien! coeurquibat
Echographie T2 le 02/03/17: 460gr de bonheur! Bébé est en pleine forme!
Echographie T3 le 11/05/17: Bébé est en pleine forme. 42cm pour 1kg690. Dernière ligne droite!
DPA 12 Juillet

Avatar du membre
Babelle

Fivette novice
Messages : 3
Enregistré le : 14 octobre 2016
Mon centre de PMA : 93- Hôpital Jean Verdier (Bondy)

Message non lu par Babelle » 11 nov. 2016 à 17:50

Bonjour,
Je travaille en creche collective.

Avatar du membre
Tatounette

Fivette d'or
Messages : 602
Enregistré le : 17 décembre 2015
Mon centre de PMA : 69- Hôpital Femme Mère Enfant (Bron)
Localisation : Aix-les-bains (Savoie)
Âge : 29

Message non lu par Tatounette » 29 déc. 2016 à 22:12

Bonjour les filles,

Je suis auxiliaire de puériculture et je travaille en crèche municipale.
Pour moi ce n'est pas toujours simple non plus. Mais voir c'est enfants qui nous juge pas avec leur yeux qui pétillent. Sa me donne encore plus envie au quotidien de me battre! Pour pouvoir avoir ce rayon de soleil chez moi le soir et le week-end.
En essaie beberoule depuis mars 2013.

Moi 28ans: AMH 1,71et l'Endométriose.
Mon mari 34ans =parfait.

suivie a l'hôpital de Chambéry et les FIV s'effectue au CHU de Grenoble.
FIV Classique, nov 2015 : notpregnant
TEC janvier 2016 : notpregnant
FIV ICSI2 :pregnant et fausse couche 4 sem
FIV ICSI 3 : notpregnant

Changement de centre de PMA le Prof S à l'HFME à Bron.
FIV ICSI 4 : notpregnant
FIV ICSI 5 : notpregnant pleurrs
20/11/18 cœlioscopie toute l’endométriose a été retiré. Premier rendez-vous février pour l’adoption.

Avatar du membre
pandora

Fivette de bronze
Messages : 127
Enregistré le : 06 mars 2017
Mon centre de PMA : 92- Centre Pierre Cherest (Neuilly-Sur-Seine)

Message non lu par pandora » 14 mars 2017 à 20:25

ravinala a écrit :Rita75, merci d'avoir partagé ton vécu!

La reconversion j'y ai déjà pensé en effet, cependant je suis jeune sur la marché du travail (6 ans), et ça me fait mal aux cœur, après avoir fait 3 ans d'études qui ont été intenses, de devoir changer maintenant de métier.

Mon idée première en faisant mes études était de travailler auprès d'enfants malades au sein d'un service de pédiatrie. J'avoue que le contexte actuel et ton témoignage me pousse a relancer mes démarches dans ce sens, même si je sais que les postes sont rares :-(
Le soucis est dans le cas où cette option ne marcherait pas en effet. Pfff je suis un peu paumée sonne

Mais bon finalement en écrivant je me rends compte qu'il n'y a pas 50 solutions, soit je change de taffe, soit j'apprends a prendre sur moi.
Et l'arrêt j'ai du mal a l'imaginer quand même. Tu l'as été?
coucou, comme j'en déduis avec tes trois années d'étude je suppose que tu est EJE. moi je suis auxiliaire de puer et effectivement après ma grossesse extra utérine et ablation, devoir revenir en section a été pour moi très dur et angoissant d'autant que j'avais pleins de collègues enceinte ou qui venait d'accoucher -_- donc je te comprend très bien !
Moi 31 ans
Chéri 30 ans
Aout 2016 grossesse extra utérine + ablation trompe droite
Mars 2017 premier pas en pma (provames + clomid) deux essais = deux échecs
Septembre 2017 fiv 1 protocole court = échec (pas de transfert)
Octobre 2017 fiv 2 protocole long = échec (pas de transfert) + don d'ovocytes évoqué
Aout 2018 grossesse extra utérine (opération mais conservation de la trompe gauche)
Février 2019 fiv 3 protocole long + dosage plus fort = échec (pas de transfert)
Juin 2019 inscription sur les liste d'attente pour un don d'ovocyte
HOPE cigooogne

Avatar du membre
Mumu24

Fivette novice
Messages : 1
Enregistré le : 20 avril 2017
Mon centre de PMA : 34- Polyclinique St Roch (Montpellier)

Message non lu par Mumu24 » 22 avr. 2017 à 17:11

Bonjour je suis dans le même cas que toi je travail en crèche aussi mais malgré les échec des fiv ma passion pour mon métier mas aider à avancer dans mon parcours je donne m amour que je peux pas donner a mes enfant a ces nout chou pour me plus dur c est les piqûre c est pas évident avec le travail et la fatigue donc des fois quand je peux pas faire autrement je m arrête pour éviter le stress bon courage à toi

Avatar du membre
biancalari

Fivette d'argent
Messages : 334
Enregistré le : 28 janvier 2016
Mon centre de PMA : 69- Clinique du Val d'Ouest Institut Rhonalpin (Ecully)
Âge : 33

Message non lu par biancalari » 11 oct. 2018 à 13:06

Coucou à toutes!

Pour ma part, je suis EJE et avant cela j'ai été instit.
Quand mon entourage me demande si ce n'est pas trop difficile de travailler avec les tout petits dans ma situation, je réponds sans hésitation "au contraire, c'est ce qui me sauve!"

Après, chacune a son histoire et sa façon de ressentir les situations. Mais pour ma part, je sais que si j'étais restée instit, j'aurais vraiment idéalisé les bébés, par méconnaissance on va dire. Maintenant, évidemment que je rêve d'être maman, mais je me dis que j'ai la chance de travailler avec des tout petits au quotidien, de m'émerveiller de leurs progrès, participer à leur épanouissement... (et de réaliser aussi que non, ce n'est pas facile d'être parent même quand bébé a été désiré)

Travailler auprès des tout petits c'est une passion au quotidien. C'est + difficile pour moi d'apprendre la grossesse d'une collègue par exemple. Et depuis que je suis EJE, j'en suis à la 3ème collègue en congé mat'. (et je m'estime heureuse de travailler dans une petite structure parce qu'à nos âges et dans un métier ultra féminin, ça aurait pu être pire!!!)

L'essentiel est je crois de connaître nos limites pour travailler avec ou sinon mettre notre poste entre parenthèse un temps. Car il est vrai qu'il faut beaucoup de recul pour accompagner des parents pas toujours bienveillants avec leur enfant, ou des mamans au ventre rebondi qui ont enchaîné les grossesses... (sans jugement aucun) ect...

Un petit truc aussi: parfois certains parents demandent si on a des enfants, et si on répond non, peuvent affirmer que "alors, on ne peut pas comprendre". J'étais très mal à l'aise pour savoir comment rebondir à de telles répliques.
Et puis un jour m'est venu l'idée de répondre: "mais dites moi, lorsque vous allez voir votre médecin, pensez vous qu'il a eu toutes les maladies qu'il sait soigner? Non? Et pourtant vous lui faites confiance pour le traitement? Parce que vous savez qu'il a été formé pour cela. Eh bien moi c'est pareil, j'ai été formée pour travailler avec de jeunes enfants et en avoir une connaissance suffisante pour les accompagner dans leur développement. J'apprends encore tous les jours en tant que professionnelle, j'observe, je me renseigne, je lis, j'échange. Un bon médecin n'est pas celui qui a eu toutes les maladies, c'est qqun qui ne se contente pas de sa formation initiale et continue à se former, s'informer des dernières études/ recherches/ recommandations..., apprend aussi de façon empirique de l'expérience qu'il a eu avec ses patients...
Et j'avoue, cela amène un autre regard à ceux qui pourraient enquiquiner. Fort heureusement, je suis EJE depuis 5 ans et ce genre de réplique (vous n'avez pas d'enfant, vous ne pouvez pas comprendre) ne m'est arrivée qu'une ou deux fois depuis que je travaille!
Lui: 36ans
07/15: diagn.posé: OATS
Fin2015:grosse infection;
échographie testicules,prostate,reins: RAS
11/16: infection toujours là!
moi: 33ans
SOMPK(su en07/17)

Attente BB1 depuis mars2014
FIV1 ICSI: 07/16: 13ov; 6bry; pas de transfert
FIV1bis ICSI: 12/16: 11ov; 7bry; 2J2 transférés=nég
Chgmt PMA:
FIV2 IMSI: 07/17: 25ov; 13bry; 1J6 transféré=nég
Biopsie testiculaire:01/18: 7paillettes congelées
FIV3 IMSI: 02/18: 12ov; 7bry; pas de transfert
Drill ovarien:07/18
FIV3bis ICSI: 10/18: 11ov; 2J3 transférés=nég
FIV4 IMSI: 03/19: 18ov; 12bry; pas de transfert.. :'(

Inscrits au CECOS en attente don de sperme

Avatar du membre
pandora

Fivette de bronze
Messages : 127
Enregistré le : 06 mars 2017
Mon centre de PMA : 92- Centre Pierre Cherest (Neuilly-Sur-Seine)

Message non lu par pandora » 03 janv. 2019 à 15:44

biancalari a écrit :
11 oct. 2018 à 13:06
Coucou à toutes!

Pour ma part, je suis EJE et avant cela j'ai été instit.
Quand mon entourage me demande si ce n'est pas trop difficile de travailler avec les tout petits dans ma situation, je réponds sans hésitation "au contraire, c'est ce qui me sauve!"

Après, chacune a son histoire et sa façon de ressentir les situations. Mais pour ma part, je sais que si j'étais restée instit, j'aurais vraiment idéalisé les bébés, par méconnaissance on va dire. Maintenant, évidemment que je rêve d'être maman, mais je me dis que j'ai la chance de travailler avec des tout petits au quotidien, de m'émerveiller de leurs progrès, participer à leur épanouissement... (et de réaliser aussi que non, ce n'est pas facile d'être parent même quand bébé a été désiré)

Travailler auprès des tout petits c'est une passion au quotidien. C'est + difficile pour moi d'apprendre la grossesse d'une collègue par exemple. Et depuis que je suis EJE, j'en suis à la 3ème collègue en congé mat'. (et je m'estime heureuse de travailler dans une petite structure parce qu'à nos âges et dans un métier ultra féminin, ça aurait pu être pire!!!)

L'essentiel est je crois de connaître nos limites pour travailler avec ou sinon mettre notre poste entre parenthèse un temps. Car il est vrai qu'il faut beaucoup de recul pour accompagner des parents pas toujours bienveillants avec leur enfant, ou des mamans au ventre rebondi qui ont enchaîné les grossesses... (sans jugement aucun) ect...

Un petit truc aussi: parfois certains parents demandent si on a des enfants, et si on répond non, peuvent affirmer que "alors, on ne peut pas comprendre". J'étais très mal à l'aise pour savoir comment rebondir à de telles répliques.
Et puis un jour m'est venu l'idée de répondre: "mais dites moi, lorsque vous allez voir votre médecin, pensez vous qu'il a eu toutes les maladies qu'il sait soigner? Non? Et pourtant vous lui faites confiance pour le traitement? Parce que vous savez qu'il a été formé pour cela. Eh bien moi c'est pareil, j'ai été formée pour travailler avec de jeunes enfants et en avoir une connaissance suffisante pour les accompagner dans leur développement. J'apprends encore tous les jours en tant que professionnelle, j'observe, je me renseigne, je lis, j'échange. Un bon médecin n'est pas celui qui a eu toutes les maladies, c'est qqun qui ne se contente pas de sa formation initiale et continue à se former, s'informer des dernières études/ recherches/ recommandations..., apprend aussi de façon empirique de l'expérience qu'il a eu avec ses patients...
Et j'avoue, cela amène un autre regard à ceux qui pourraient enquiquiner. Fort heureusement, je suis EJE depuis 5 ans et ce genre de réplique (vous n'avez pas d'enfant, vous ne pouvez pas comprendre) ne m'est arrivée qu'une ou deux fois depuis que je travaille!
bonjour Bianca , je te comprend tout a fait , j'ai travailler 10 ans en crèche avant de faire une reconversion dans le maquillage et ce qui était trop dur pour moi ce n'était pas les enfants c'était les collègues qui tombe enceinte . je suis toujours passionnée par les enfants la pédagogie ext mais malgré tout je ne regrette en rien, il fallait que je parte j'allais explosée . je trouve cela trop dur aussi de se faire engueuler pour rien par des parents insupportable ou de n'avoir aucune reconnaissance de leur part alors que l'on prend soins de leur enfants tout en se disant ; ce n'est pas le mien, malgré tout ce que je fais pour lui, malgré l'attachement, plus tard il pensera a ses parents , pas a moi .je suis mieux ou je suis, vraiment , mais si toi tu a encore la force de continuer , bravo !
Moi 31 ans
Chéri 30 ans
Aout 2016 grossesse extra utérine + ablation trompe droite
Mars 2017 premier pas en pma (provames + clomid) deux essais = deux échecs
Septembre 2017 fiv 1 protocole court = échec (pas de transfert)
Octobre 2017 fiv 2 protocole long = échec (pas de transfert) + don d'ovocytes évoqué
Aout 2018 grossesse extra utérine (opération mais conservation de la trompe gauche)
Février 2019 fiv 3 protocole long + dosage plus fort = échec (pas de transfert)
Juin 2019 inscription sur les liste d'attente pour un don d'ovocyte
HOPE cigooogne