PMA et entourage

Répondre
Avatar du membre
Titinette92

Fivette de bronze
Messages : 204
Enregistré le : 27 septembre 2021
Mon centre de PMA : 75- Clinique de la Muette (Paris 16)
Âge : 33

PMA et entourage

Message non lu par Titinette92 »

Bonjour les Fivettes !.

J'espère que vous allez bien??? fingers

Je voulais savoir si vous avez parlé de votre parcours PMA à votre entourage ( familiale et amicale ) ?

Si oui trouvez-vous qu'ils soient présents ? c'est à dire s'intéressent au sujet ? Vous pose des questions ? Sont-ils accompagnants ?

Comment gérez-vous les "bonnes nouvelles" :girl: :boy: ?

Moi j'en ai parlé à ma famille et à quelques amis ...
Et pour ma part ça été difficile de leur en parler ( personne n'a ce soucis ni dans ma famille ni mêmes chez mes amis / Tant mieux d'ailleurs) et j'avoue être déçue ...car personne ne nous demande juste la question phare : qui est comment vas-tu ?
Ni même s'intéresse à notre parcours..
Il faut dire que la majorité ont des enfants ou sont futurs parents donc pour eux c'est un monde à part j'ai l'impression!
Bref tout ça pour dire que ce groupe fait énormement de bien !
Merci et je vous souhaite pleins de +++ flowerbleue
En couple depuis 9 ans bigheart
Essai Bébé depuis Avril 2019 cigrose cigbleu
Moi 33 ans / lui 38 ans
Trompes un peu poussives / RAS
FIV 1 Septembre / Octobre : Ponction le 13/10 9 Ovocytes
Transfert frais de 1J5 ( ICSI) le 18/ 10
Prise de sang le 27/10 notpregnant
3J5 minipingoo minipingoo minipingoo au frais
FIV 1 BIS Novembre : Transfert sur Cycle naturel
Ovitrelle le 6/11
13 / 11 Transfert d'un 1 J/ 5 vitrifié "FiV classique"
Prise de sang le 22/11 testpositif 89U/i
26/11 558 U/I 2/12 6103 U/i
échographie 14 /12
Avatar du membre
noenoe

Fivette novice
Messages : 4
Enregistré le : 10 juin 2021
Mon centre de PMA : 92- Centre Pierre Cherest (Neuilly-Sur-Seine)
Âge : 36

Message non lu par noenoe »

Bonjour Titounette et bienvenue !

Malheureusement ce genre d'épreuve est assez révélatrice des soutiens sur qui tu peux compter ou non. Notre gynécologue nous avait conseillé dès le départ de choisir à qui en parler, ce que nous avons fait. Au final, seuls les très proches étaient au courant. On a eu tous types de réactions : ceux qui étaient désolés mais s'en foutaient, ceux qui donnaient des conseils totalement à côté de la plaque, ceux qui posaient des questions beaucoup trop intimes et trop "voyeuristes" sur le traitement et heureusement ceux qui ont su être présents, sans poser trop de questions ou en sachant écouter quand on avait envie d'en parler.

Après c'est très difficile de dire à quelqu'un ce qu'on attend de lui dans un tel parcours. J'ai perdu des amies et eu de grandes déceptions vis à vis de certains membres de ma famille. Mais j'ai aussi eu de belles révélations et maintenant je sais sur qui je peux vraiment compter.

Je te souhaite beaucoup de courage et heureusement, il y a aussi des professionnels à l'écoute quand on en a besoin (ou ce forum !).
Tentative BB1 début 2017
♀️ RAS
♂️ Azoospermie obstructive
1 FIV ICSI Paillettes - Ponction Novembre 2018 - TEC J5 Janvier 2019 pregnant Naissance de M. le 30/10/19 :boy:

Début examens pour BB2 septembre 2020
♀️ Adenomyose
♂️ Azoospermie obstructive
2 Ponctions ICSI Paillettes + 3 TEC - Octobre 2020 à Mai 2021 notpregnant
1 Transfert frais J5 Juin 2021 - pregnant Bébé prévu pour Mars 2022
Avatar du membre
CabFlit

Fivette de bronze
Messages : 215
Enregistré le : 09 août 2021
Mon centre de PMA : Belgique

Message non lu par CabFlit »

Bonjour Titounette,

La question de savoir à qui en parler est franchement délicate. Moi je suis une anxieuse et j'ai, dès le départ, ressenti le besoin d'en parler un peu partout autour de moi. D'un côté, cela m'a permis de découvrir que finalement, les personnes ayant aussi connu des soucis de fertilité, étaient quand même assez nombreuses dans mon entourage et pouvaient me comprendre. Mais, du coup, j'ai aussi été plus souvent confrontée à des maladresses.
J'ai ainsi trouvé que ça se passait mieux avec des personnes en dehors de mon cercle familial (amis et collègues) parce que l'affect est différent. Mais chacune a son histoire et ça ne sera pas nécessairement la même chose pour toi.
Depuis que je suis sur ce forum, je me sens davantage comprise et moins stressée et j'en parle nettement moins autour de moi.

Je t'envoie plein de bonnes ondes pour les mois à venir et un beau testpositif au bout du chemin!
Début PMA novembre 2020
mllle 31 ans => RAS
misteer 33 ans=> azoospermie sécrétoire

Biopsie 27/04/21 : 2 pailles
FIV ICSI 1 : 16/07/21 : 1 embryon à J+5 minipingoo =>congelé car hyperstimulation + polype
TEC: 2/11/2021 notpregnant
Ouverture d'un nouveau chapitre en 2022: vers le don de sperme
Avatar du membre
Aspérule

Fivette novice
Messages : 11
Enregistré le : 24 mai 2021
Mon centre de PMA : Suisse
Centre étranger : CPMA Lausanne
Âge : 29

Message non lu par Aspérule »

Hello Titinette92

Alors pour notre part, notre famille proche a été au courant dès le début. Nous n’avons pas vraiment eu le temps de nous poser la question enfaite, mais mon compagnon a pleuré au téléphone quand son frère lui a annoncé pour son deuxième enfant le jour où il a appris son infertilité. Quant à moi, ma maman avait reçu par erreur des factures de laboratoires me concernant et je ne voulait pas qu’elle s’inquiète.

A partir de là, nous avons fait le choix d’être transparents sur nos difficultés à procréer et nous ne l’avons jamais regretté. Après nous avons la chance d’avoir un entourage très soutenant, qui était plutôt admiratif et intéressé par ce que de ce que nous traversions. Ils n’ont jamais été intrusifs, mais nous recevions fréquemment des petits messages de soutien. Ils étaient au courant des étapes globales ; nous n’avons juste pas communiqué le jour exact de la prise de sang, histoire d’avoir le temps de digérer si le résultat était négatif. Finalement il n’y a qu’au travail que nous n’en avons pas parlé, car nous éprouvions le besoin de nous protéger de ce côté là, surtout qu’il d’agissait quand même s’un sujet intime, qui a notre sens ne regardait que nos proches dans un premier temps.

Aujourd’hui j’ai la chance incroyable d’entre enceinte grâce à la FIV et nous parlons ouvertement du fait que ce bébé est le fruit d’un parcours PMA y compris au travail. Cela a aussi libéré d’autres personnes de notre entourage, dont mon meilleur ami qui avait toujours très mal vécu le fait d’être un « bébé éprouvette » et n’en avait jamais parlé à personne.

Quant aux grossesses, je mentirais en disant que cela a été toujours facile à entendre, surtout que nous n’avons jamais eu autant d’annonces que pendant notre parcours PMA. Mais avec mon conjoint nous avions convenu dès le début de ne pas être en colère et que les gens n’y pouvaient rien. Certes c’était parfois frustrant, mais ça ne servait à rien d’en vouloir à celles qui étaient enceinte naturellement. Chacun son parcours de vie : nous avions aussi des choses que d’autres n’avaient pas…la santé par exemple ou encore un couple solide. Une des femmes tombée enceinte avant moi a d’ailleurs perdu son bébé à 5 mois de grossesse…comme quoi la vie n’épargne malheureusement personne. Paradoxalement, et même si la route est encore longue jusqu’à accueillir ce petit être, nous nous estimons plutôt chanceux aujourd’hui.
mllle : 29 ans, RAS
misteer : 42 ans, OATS sévère
:cat: Depuis 2015
Début des essais : printemps 2019
1er contact avec CPMA Lausanne : 09/20
Passage directement en FIV ISCI
Début 💉 prévu 26/01/21, mais le jour même, on arrête tout, découverte mucovicidose hétérozygote chez mon conjoint oops
Ponction : 15/3/21, 9 blastocystes !!! Mais pas de transfert, car risque d’HSO sonne
1er TEC : 10/5/21 pregnant 251 UI !!!
échographie 9/6/21 : bigheart
T1 : clarté nucale crossfingers et tu bouges bien !! ♥️
22/9/21 : tu es une :girl: 🥰
DPA : 26/01/22 suun
Avatar du membre
scorp3

Fivette de bronze
Messages : 151
Enregistré le : 03 août 2021
Mon centre de PMA : Autre pays

Message non lu par scorp3 »

ma famille et belle-famille ainsi que nos amis proches ont été tenus au courant étape par étape, simplement parce que notre parcours en PMA fait suite à une IMG et que nos familles et mais ont suivi les étapes de l'IMG également et qu'ils ont été présents sans être trop insistants.

Accompagner quelqu'un dans ce type de parcours sans l'avoir vécu et savoir ce que ça implique est super compliqué et délicat. Ca peut donner l'impression de ne pas s'y intéresser alors qu'en fait, ça peut être juste une réaction type :"je ne sais pas quoi dire/faire".

Si tu arrives à échanger facilement avec ta famille, le mieux et de leur parler, en leur disant ce que tu ressens, "ça me touche que vous ne me demandez pas comment ça va, j'ai l'impression que ça ne vous intéresse pas..."
et tu peux aussi demander des brochures explicatives lors des rendez-vous médicaux que tu peux leur donner s'ils le demandent ou juste "laisser trainer" à un endroit visible.

Je sais que sur ce point, on a été très chanceux avec nos familles et amis et que c'est loin d'être quelque chose de classique.
Si tu ne trouves pas de soutien famillial, tu peux essayer de voir s'il y a des groupes de paroles ou autre par chez toi, ça ne remplace pas, mais ça peut être une très bonne aide également.
Image
Avatar du membre
Mariyah

Fivette novice
Messages : 20
Enregistré le : 12 octobre 2021
Mon centre de PMA : 92- Centre Pierre Cherest (Neuilly-Sur-Seine)

Message non lu par Mariyah »

Bonjour à toutes,

Alors pour ma part personne, excepté mon conjoint est au courant de ce que je vis ou traverse.

C'est difficile mais c'est un choix. Quand j ai appris mon infertilité pour cause opk j'en ai parler au femmes les plus proches de moi à savoir ma mère et ma sœur. A ce moment là je les ai trouvé très peiné pour moi et depuis (soit 3ans) on en parle pas. J ai eu le sentiment que C était tabou.

Au niveau de mon cercle d amies, j'ai du parler également de mon infertilité et j ai eu dans 90% des cas la réponse "ah mais tu est jeune", réponse frustrante.

Enfin mon conjoint est la pour moi mais j évite de trop l inquiéter. J en parle avec lui quand mon moral passent en négatif.

Enfaîte j'ai le sentiment que si tu ne le vis pas personne ne te comprends.

De ce fait je me sens un peu seul, et triste mais je m accroche à l espoir qu un jour j y arriverait et que tout se passage deviendra un lointain souvenir.

Voilà pour ma part.
Avatar du membre
helga1990

Fivette novice
Messages : 5
Enregistré le : 12 octobre 2021
Mon centre de PMA : 13- Centre hospitalier du Pays d'Aix (Aix en Provence)

Message non lu par helga1990 »

Bonjour les filles,

C'est en effet une question délicate, l'entourage
Pour ma part je n'ai jamais parlé à personne de tout cela, même lorsque l'on a commencé la pma. Je souhaitais tellement offrir ce bonheur à ma famille, que la magie soit présente au moins de ce côté là ..surtout que je suis l'ainée de tous les enfants (cousins cousines) et petits enfants de mes grands parents, j'ai beaucoup misé sur ma première et seule tentative pma jusqu'à présent.
Résultats plutot que d'avoir le plaisir d'annoncer une grossesse pour noel 2019 à toute la famille, ils ont appris un 14 décembre que j'étais à l'hopital pour une grossesse extra-utérine à opérer d'urgence ....
Dur dur ...
Depuis mon petit frère est le premier a eu un bébé cette année (il a d'ailleurs annoncer la nouevelle en faisant la surprise noel 2020) et une de mes cousines attend son premier... Et moi j'essaie d'avancer avec cela. Depuis je me débloque petit à petit et j'arrive à aborder la pma mais c'est difficile pour moi

Cependant je pense qu'il faut en parler avec des personnes capables de nous épauler sans jugement sans questionnement intempestif etc ...
Lui : 32 ans ; Moi : 31 ans
1ère insémination novembre 2019 pregnant
grossesse extra-utérine + salpingectomie décembre 2019
Diagnostic endométriose + adénomyose 2020 (dyspareunies profondes)
2021 ou 2022 FIV 1
Avatar du membre
Athena2000

Fivette novice
Messages : 1
Enregistré le : 05 novembre 2021
Mon centre de PMA : 92- Hôpital Foch (Suresnes)

Message non lu par Athena2000 »

Bonjour.Je veux raconter mon histoire. Problème de démarrage : même si vous êtes couverte par la Sécu ça ne change pas grand chose. Ma ponction était prévu de le 2 novembre 2021 mais l'hôpital Foch nous a foutu dehors d'une façon atroce en exerçant un tribunal eugénique avec des conclusions basées sur "l'impression du personnel du service du. AMP" que "avec mon mari nous sommes alcooliques". J'étais agressée par le médecin que je ne connais pas au téléphone, ensuite tous les deux avec mon mari on était obligé écouter le délire d'une psychologue Carrel ou quelque chose comme ça et surtout répondre aux questions délicates personnelles douteuses au niveau déontologique. Au final elle a essayé de me persuader que mon mari boit "car il tremble d'une façon caractéristique" pendant 5 minutes en sachant en même temps que je suis un médecin étranger spécialisé en neurologie en que la classification des trésors est étudiée au 5 année des études générales sur le faculté. Je souligne que même si c'était le cas (le tremor alcoolique reste physiologique et comme le simple symptôme accompagne plusieurs troubles pour coller sur la personne un diagnostic si lourd) n'est pas une affaire d'une psychologue clinicienne qui même n'est pas au courant d'existence de TCC. En suite elle était "étonnée" pourquoi moi russe préfère demander des conseils chez les psychothérapeutes russes qui parlent ma langue maternelle, comprennent ma situation et de toute façon appartiennent à mon cursus universitaire médical comme mes anciens professeurs ou amis. Bref j'avais l'impression de parler "au mur" qui a déjà pris la décision de nous virer de programme. Ensuite j'ai reçu encore un appel d'un même médecin qui m'a ordonné arrêter la pilule (question délicate au point vu de la déontologie médicale comme il est interdit de consulter des patients au téléphone sans rendez-vous, c'est-à-dire sans laisser les traces d'intervention médicale). Bien sûr l'équipe de Foch s'est rattrapé ensuite en m'imposant le rendez-vous avec l'annonce d'arrêt de traitement le 4 novembre. Bref en général toute cette bouffonade m'a fait perdre 8 mois même sans ponction ni tentative de fiv en gagnant bien sur tout l'argent de Sécu.
La actuellement avec mon mari on est sur l'autre projet (l'autre pays). Mais la malaise reste en réalisant à quel point la mégalomanie du service d'AMP de Foch qui pense apparement d'être le seul service au monde qui soigne l'infertilité. Quand j'étais au monitoring (prise du sang et écho) la quantité des femmes dans la piece d'attente m'a étonné en comptant le Covid. J'avais l'impression d'une machinerie d'un processus si important dans la vie d'une femme et les petites manifestations d'abus du pouvoir du côté de personnel paramédical (le ton d'une secrétaire médicale ou "aimabilite" des infirmières et sage femmes) probablement expliquent la situation non-sense quand la responsabilité est partagée de telle façon que les gynécologues (médecins travaillant sur des organes précises ce qu'on appelle "substrat" prennent au sérieux ou s'inclinent devant les spécialistes qui ne possèdent pas des preuves matérielles mais juste les résultats des expériences et "les impressions". Le dernier coup était mettre la responsabilité sur toute équipe (apparemment les agents hospitaliers inclus) ce qui a brisé même anéanti toute la confiance aux "professionnels" pareils. La question reste quand même : telle agressivité était primo préjugé ethnique raciste (je ne suis pas blanche), secundo préjugé social (l'éducation au niveau du bac chez tous les de notre couple et comme la suite le niveau de revenu bas et le travail non-prestigeux) tertio préjugé médicale (une étiquette d'un esprit troublé non valide par des spécialistes - la diagnostic sérieuse avec le traitement sérieuse). J'espère faire un dossier avec les dates et comprendre le phénomène "de la gynécologie obstétrique française" surtout qu'on fait beaucoup des enfants dehors (Belgique ou Espagne) plus tard quand je serai en congé maternité. Comme tout le monde on espère au petit miracle et dieux merci le service de AMP de l'hôpital Foch n'est pas seul dans ce monde si vaste.
Avatar du membre
LaGoutte

Fivette novice
Messages : 4
Enregistré le : 02 novembre 2021
Mon centre de PMA : 38- Clinique Oriade Belledonne (Saint-Martin-d'Hères)

Message non lu par LaGoutte »

Coucou les filles !

C'est un choix délicat que de décider à qui parler de notre parcours PMA, et surtout dans quel niveau de détail aller..

Au début j'en ai parlé ouvertement avec tout le monde (amis , collègues et famille), c'était chouette d'avoir du soutien et de voir que nos proches s'intéressait à notre aventure.

Puis le jour tant attendu de la prise de sang arriva, le résultat était négatif et la tristesse fut immense...
Comme tout notre entourage était au courant, tout le monde attendait le résultat.
Ça a été horrible de devoir gérer notre peine à laquelle venait s'ajouter celle de nos proches.

Alors pour notre TEC à venir nous avons décidé de ne plus en parler autour de nous.

Je vous souhaite plein de courage à tous
Moi : 32 ans OPK
Lui : OATS
Avril 2020 : début des essais bébés
Septembre 2021 : début PMA avec FIV ICSI et transfert embryon 1/3 à J6 malheureusement sans résultat
Novembre 2021 : TEC embryon 2/3 prévu fin du mois
Avatar du membre
Linoa1982

Fivette habituée
Messages : 28
Enregistré le : 03 janvier 2018
Mon centre de PMA : 13- IMR Rocca Clinique Bouchard (Marseille)
Âge : 39

Message non lu par Linoa1982 »

Délicat de savoir à qui en parler.

Avec mon mari, nous avions fait le choix d en parler à nos parents respectifs seulement quand nous avons commencé le parcours PMA. Nous voulions éviter que l on nous pose trop de question et que tout le monde se mêle de notre vie.

J en avais parlé à mon travail car travaillant dans un labo d analyses médicales et commençant tôt, je faisais mes bilans à mon travail. Au moins, j étais tranquille pour les rendez-vous médicaux.

Apres y a mon frère et sa femmes ont été mis au courant car j ai du faire une piqure un soir où on mangeait ensemble. Mais c est la seule fois où ils ont été au courant de la tentative.

Quand le TEC a réussi, a part nos parents au courant du test positif, nous avons attendu 3 mois avant d annoncer la nouvelles car vu nos parcours, nous avions peur qu il se passe quelque chose.

Je vous souhaite bon courage à toutes et d avoir le bonheur d avoir un petit bébé.
Moi: 36ans OPK sévère
Lui : 41ans OATS

Essai depuis août 2012
PMA depuis décembre 2016
Septembre 2017: FIV ICSI 1: embryon notpregnant
Decembre 2017: FIV ICSI 2 : 3 embryons, 1 transféré notpregnant et 2 minipingoo
Mai 2018 TEC 1 : 1J5 pregnant fausse couche precoce
Novembre 2018 TEC 2 : 1J5 pregnant - 19/11 536UI - 21/11 1277UI - 24/11 3943UI
échographie 17/12
DPA 29/07/2019
C'est une :girl:
Chloé est née le 30 juillet 2019