Enfant né grâce à un donneur

Avatar du membre
Smerdiala

Fivette d'or
Messages : 571
Enregistré le : 17 décembre 2014
Mon centre de PMA : Espagne
Centre étranger : Eugin (Barcelone)
Âge : 35

Enfant né grâce à un donneur

Message non lu par Smerdiala » 23 nov. 2015 à 18:42

Bonjour,
Je me permets d'écrire aux "mamans grâce à la pma", et plus particulièrement celles qui ont eu leur bébé par FIV ou insémination mais avec donneur.

Mon mari est stérile, et j'envisage sérieusement une IAD à Barcelone.
Mais parfois je m'inquiète un peu :
- d'abord sur le physique du bébé... J'espère que le donneur ne sera pas hyper hyper laid (je sais c'est débile comme question, mais bon...)
bugaboo

- ensuite, c'est surtout sur la question des origines paternelles.
Comment l'enfant va-t-il le prendre ?
Le papa acceptera-t-il d'aimer ce bébé comme si c'était le sien (pour moi, dans mon coeur, au plus profond de moi, ce sera notre bébé).

Si des mamans ou des papas, parents de charmants bambins nés grâce à une petite graine inconnue voulaient bien me donner leur avis, leur ressenti, etc. je suis preneuse !

cigooogne
IAD en avril 2016 : notpregnant
IAD en décembre 2016 : notpregnant
IAD en avril 2017 : cigooogne pray
Miracle, c'est testpositif

1e écho : le 20 juin
2ème écho : 22 août. Tout va bien. C'est une :girl:
3e écho : le 3 novembre.
Notre adorable petite fille est née le 19 décembre (45 cm et 2.950 kg) pink
C'est notre plus beau cadeau de Noël :amour:

Avatar du membre
Lilipakerette

Fivette de diamant
Messages : 1116
Enregistré le : 31 octobre 2014
Mon centre de PMA : 35- La Sagesse (Rennes)
Localisation : pays des papillons
Âge : 30

Message non lu par Lilipakerette » 07 déc. 2015 à 11:55

Bon je sais que mon post va faire polémique .

Je suis à 100 pour cent pour l adoption d ailleurs ma soeur est adopter par mes parents une sublime jamaiquaine ! Avec qui je suis à 100 pour cent soeur ...

Mais voilà concernant le don j aurais toujours cette petite inquiétude qu a un moment sur fond de dispute la phrase fatidique du m en fou c est pas mon gosse resurgissent ... c est horrible ...
Moi 27 - cheri 35- 1 garçon 6ans
Essai BB2 depuis 2011
5IAC + 1 coelioscopie
FIV 1 06/15 -
FIV 2 - 2 J3 transferer le 14/11 coeurquibat :girl:DPA le 10/08/2016 c'est une fille natte :girl:

Avatar du membre
Marine68

Fivette habituée
Messages : 26
Enregistré le : 18 février 2016
Mon centre de PMA : 68- Fondation Diaconat (Mulhouse)
Âge : 32

Message non lu par Marine68 » 19 févr. 2016 à 18:41

Bonjour,

Mon mari est stérile et nous sommes en début de parcours

J'envisage également une iAd en Espagne car pas de liste d'attente

J'hésite encoure sur la clinique j'ai vu que vous êtes chez Eugin
En couple depuis 15 ans
Lui 51 ans azoospermie
Moi 32 ans opk
Début du dossier cecos mai 2016
1 ère iAd février 2018 négatif
2 eme iAd juin 2018 négatif
3 eme iAd août 2018 positive
1 ère échographie septembre 2018 surprise se sera des jumeaux prévus pour mai 2019
2 eme échographie octobre 2018 les bébés vont bien
3 eme échographie prévue le 29/11

Avatar du membre
Smerdiala

Fivette d'or
Messages : 571
Enregistré le : 17 décembre 2014
Mon centre de PMA : Espagne
Centre étranger : Eugin (Barcelone)
Âge : 35

Message non lu par Smerdiala » 19 févr. 2016 à 19:19

Bonjour,


J'ai beaucoup réfléchi pour l'iad. J'ai même repoussé d'un an. Mais maintenant je suis sûre de moi et je ferai ma 1e iad chez Eugin en avril.
Je pense aussi que ce délai permet à mon mari de prendre du recul. Je lui ai écrit une longue lettre pour lui dire que pour moi, ce bébé sera 100% le sien. Qu'importe la petite graine...

Bonne chance à toi pour l'iad. As-tu eu ton premier rendez-vous à Eugin ?
IAD en avril 2016 : notpregnant
IAD en décembre 2016 : notpregnant
IAD en avril 2017 : cigooogne pray
Miracle, c'est testpositif

1e écho : le 20 juin
2ème écho : 22 août. Tout va bien. C'est une :girl:
3e écho : le 3 novembre.
Notre adorable petite fille est née le 19 décembre (45 cm et 2.950 kg) pink
C'est notre plus beau cadeau de Noël :amour:

Avatar du membre
Marine68

Fivette habituée
Messages : 26
Enregistré le : 18 février 2016
Mon centre de PMA : 68- Fondation Diaconat (Mulhouse)
Âge : 32

Message non lu par Marine68 » 20 févr. 2016 à 18:56

Bonjour Smerdiala

Nous on est sur pour l'iad cette décision a même été faite par mon homme moi au début j'ai eu du mal mais c'est la seule solution pour être enceinte

Après aucun doute pour moi ce sera l'enfant de mon homme

J'ai un premier contact avec la spécialiste de la pma de ma region le 9 mars et sa me stress beaucoup
Donc vu les délais je pense aller en Espagne
Mais que l'année prochaine

J'hésite beaucoup entre Eugin, Girexx et ginefiv j'avoue que je ne sais pas encore laquelle choisir


Qu'elles ont été tes raisons qui t'ont fait choisir Eugin plutôt qu'une autre clinique ?

Bonne chance à toi pour l'iad
En couple depuis 15 ans
Lui 51 ans azoospermie
Moi 32 ans opk
Début du dossier cecos mai 2016
1 ère iAd février 2018 négatif
2 eme iAd juin 2018 négatif
3 eme iAd août 2018 positive
1 ère échographie septembre 2018 surprise se sera des jumeaux prévus pour mai 2019
2 eme échographie octobre 2018 les bébés vont bien
3 eme échographie prévue le 29/11

Avatar du membre
Smerdiala

Fivette d'or
Messages : 571
Enregistré le : 17 décembre 2014
Mon centre de PMA : Espagne
Centre étranger : Eugin (Barcelone)
Âge : 35

Message non lu par Smerdiala » 21 févr. 2016 à 09:25

Bonjour Marine,
J'ai choisi Eugin après avoir consulté le set d'autres cliniques similaires car même si c'est un peu plus cher, cela me semblait bien. Mais en plus, cela m'a été conseillé aussi par ma dermato (je lui avais expliqué mon projet et elle m'a dit qu'ils étaient très sérieux et que plusieurs de ses patientes avaient eu leur bébé grâce à Eugin).
J'ai été en mai dernier à Barcelone pour le 1e entretien et j'ai été satisfaite de l'accueil


Après les autres doivent être bien aussi.


En revanche, mon gynécologue parisien n'apprécie pas du tout ma démarche et il a refusé de me faire les ordonnances pour tous les examens que je devais faire pour ce premier rendez-vous... J'ai dû en parler à mon généraliste qui lui me soutient dans ma démarche et m'a fait les ordonnances. Mais il ne pourra pas pour les échographies des J 9, 11, 13. Donc ce sera pour ma poche...

Tu as de la chance que le décision vienne de ton mari pour l'iad.

Bonne chance à vous deux !
testpositif
IAD en avril 2016 : notpregnant
IAD en décembre 2016 : notpregnant
IAD en avril 2017 : cigooogne pray
Miracle, c'est testpositif

1e écho : le 20 juin
2ème écho : 22 août. Tout va bien. C'est une :girl:
3e écho : le 3 novembre.
Notre adorable petite fille est née le 19 décembre (45 cm et 2.950 kg) pink
C'est notre plus beau cadeau de Noël :amour:

Avatar du membre
Yadette56

Fivette novice
Messages : 1
Enregistré le : 09 juin 2017
Mon centre de PMA : 56- CH de Bretagne Sud Bodélio (Lorient)

Message non lu par Yadette56 » 15 juin 2017 à 10:56

Bonjour les filles,

Je voulais témoigner car nous avons eu notre fils par don de sperme, mon homme n'ayant aucun zozos à cause de son problème génétique (mais il le savait depuis l'âge de 21 ans).

Je suis tombée enceinte à la première IAD, presque un miracle à 38 ans.

Je n'ai eu aucun mal à accepter le don, sans doute parce que je savais que c'était mon ovule qui avait été fécondé et notre fils me ressemble beaucoup.

Avant l'accouchement mon homme avait du mal à se sentir comme le véritable père mais quand il est né tout a changé. Il a pu passer beaucoup de temps avec lui et aujourd'hui le lien qui les unie est très fort et d'ailleurs mon fils a vraiment des ressemblances avec son père en terme de comportement, presque du mimétisme.

La question du père biologique ne se pose quasiment plus, on y pense juste un peu car il faudra qu'on lui explique plus tard, on sait que cela ne sera pas évident et on espère qu'il comprendra.

Nous avons tenté d'avoir un deuxième enfant mais cela n'a pas marché et j'ai atteint l'âge limite de prise en charge en France.
Mon homme était plus gêné cette fois car le donneur n'était pas le même.
Moi 43, RAS
Lui 39, Klinefelter
1 garçon magnifique obtenu à la 1ère IAD en 2013 cigooogne
3 tentatives notpregnant pour un 2ème
Fin du parcours pleurrs

Avatar du membre
Lou2017

Fivette habituée
Messages : 27
Enregistré le : 21 janvier 2017
Mon centre de PMA : 80- CHU d' Amiens

Message non lu par Lou2017 » 10 juil. 2017 à 16:37

Bonjour ,
Yadette, merci pour ton témoignage. ça rassure car nous avons très peu de retour sur ce que ressentent les hommes après une naissance issue d'un don de sperme.

Mon homme est toujours opposé au don , par peur de ne pas s'attacher à l'enfant. il dit qu'au fond de lui il saura que ça n'est pas le sien . J'ai beau tenter de le rassurer rien n'y fait.Il pense que même pendant la grossesse il lui sera difficile de s'investir.Comment tu as vécu cela toi qui est par là?

Comment ton mari gère les remarques sur la ressemblance etc? Je suis vraiment preneuse de votre expérience!


a bientôt
Moi:33 ans Lui: 36
Ensemble depuis 17 ans
essais bébé depuis 2014
2016: 2 spermogrammes= azoospermie :-(
Fev 2017: biopsie confirme azoospermie sécrétoire

Avatar du membre
ClaireB

Fivette novice
Messages : 16
Enregistré le : 03 septembre 2017
Mon centre de PMA : 33- CHU Pellegrin (Bordeaux)

Message non lu par ClaireB » 03 sept. 2017 à 22:47

Je suis née par don de sperme en 1990.

Mon père avait les mêmes craintes sur le fait de savoir s'il allait réussir à nous aimer alors que nous n'étions pas ses enfants biologiques. Mais quand ils nous a vu bébé il a craqué et il n'y a eu aucun doute pour lui: moi, ma soeur et mon frère étions ses enfants. Et depuis c'est un père formidable.

Je sais qu'il y a des familles ou cela s'est mal passé lorsque les parents ont divorcés à l'adolescence des enfants. Ces pères ont un peu laissé tomber ces enfants qui n'étaient pas les leur biologiquement et qui ne faisaient sens que dans leur histoire de couple.

Avatar du membre
Smerdiala

Fivette d'or
Messages : 571
Enregistré le : 17 décembre 2014
Mon centre de PMA : Espagne
Centre étranger : Eugin (Barcelone)
Âge : 35

Message non lu par Smerdiala » 04 sept. 2017 à 08:49

ClaireB a écrit :
03 sept. 2017 à 22:47
Je suis née par don de sperme en 1990.

Mon père avait les mêmes craintes sur le fait de savoir s'il allait réussir à nous aimer alors que nous n'étions pas ses enfants biologiques. Mais quand ils nous a vu bébé il a craqué et il n'y a eu aucun doute pour lui: moi, ma soeur et mon frère étions ses enfants. Et depuis c'est un père formidable.

Je sais qu'il y a des familles ou cela s'est mal passé lorsque les parents ont divorcés à l'adolescence des enfants. Ces pères ont un peu laissé tomber ces enfants qui n'étaient pas les leur biologiquement et qui ne faisaient sens que dans leur histoire de couple.
Je te remercie de ton message, cela fait chaud au coeur.

Je suis enceinte suite à un don de sperme. Mon mari, qui craignait beaucoup ma grossesse, se montre adorable, vient aux échographies, m'a accompagnée pour le rendez-vous des 4 mois avec la sage-femme, etc. J'espère qu'il s'attachera à notre petite fille.

Je voulais te demander quelque chose : à quel âge t'a-t-on dit que tu étais née par don de sperme ?
qu'est-ce qui est le mieux, le moins compliqué pour un enfant, le dire tout jeune ou plus tard ?
En as-tu souffert quand tu l'as appris ?

Bonne journée
IAD en avril 2016 : notpregnant
IAD en décembre 2016 : notpregnant
IAD en avril 2017 : cigooogne pray
Miracle, c'est testpositif

1e écho : le 20 juin
2ème écho : 22 août. Tout va bien. C'est une :girl:
3e écho : le 3 novembre.
Notre adorable petite fille est née le 19 décembre (45 cm et 2.950 kg) pink
C'est notre plus beau cadeau de Noël :amour:

Avatar du membre
ClaireB

Fivette novice
Messages : 16
Enregistré le : 03 septembre 2017
Mon centre de PMA : 33- CHU Pellegrin (Bordeaux)

Message non lu par ClaireB » 04 sept. 2017 à 15:21

Bonjour,

Je ne me fais aucun soucis pour le lien entre lui et votre fille. C'est normal de se poser des questions au début mais l'attachement se fait vraiment naturellement et il est même très fort puisque c'est un enfant très désiré. Votre fille va l'appeler papa et l'adorer et ce sera la même chose de son côté. Dès le premier jour il ne doutera plus du fait qu'il s'agit de sa fille et ce pour toujours.

Je l'ai découvert à l'âge de 22 ans après de long doutes parce que je ne ressemblais pas assez à mes parents. Evidemment j'ai beaucoup souffert et c'est l'exemple à ne pas suivre. Pour les enfants conçus à mon époque le secret a été massif parce que les parents ne savaient pas comment s'y prendre et étaient relativement seuls. Ils se sont dit qu'il me le dirait lorsque ma mère était enceinte. Puis ils se sont dit on le dire plus tard. Et après cela est devenu trop difficile. Les parents ont tendances à repousser parce qu'ils ne trouvent pas les mots ou attendent le moment idéal (qui ne vient jamais) et après ils se retrouvent coincé parce que l'enfant est déjà "grand". Même affronter un enfant de 8 ans pour lui raconter ça est complexe. J'en veux beaucoup aux CECOS de ne pas accompagner les parents sur ce point.

Le moins compliqué pour un enfant c'est de le dire tout de suite, très jeune. Dès l'âge de 3 ans on peut commencer à lui dire en réaffirmant l'amour qu'on a pour lui et en se servant de support comme lire des histoires sur le sujet. Par exemple: Le mystère des graines à bébé, Ed. Albin Michel Jeunesse, 27 février 2008. Je sais qu'il y en a d'autres. C'est bien de le lire avec les deux parents puisque c'est un projet de couple.
Si la mère en parle seule avec l'enfant il peut penser que cela gêne le père et qu'en posant des questions il le blessera.
Plus le père et le couple est à l'aise sur le sujet, plus l'enfant se sentira libre de poser toutes ses questions (qui sont parfois un peu étrange) et il n'en souffrira jamais. :)
Il faut qu'en amont le couple n'ait plus peur (d'y penser, de l'évoquer) de l'autre parent biologique avec qui ils ont eu cet enfant. L'enfant sent bien inconsciemment la peur chez ses parents et cela peut le bloquer. Mon père se sentait menacé par "cet autre père biologique" qui en plus "n'était pas stérile lui" et avait peur de se sentir remplacé ou moins aimé. Alors que pour un enfant puis un adulte la question ne se pose jamais: mon père c'est lui.

Il faut en reparler au fur et à mesure que l'enfant grandit et répondre a ses questions qui peuvent évoluer. Malheureusement je n'ai pas encore trouvé de livre pour les 8-10 ans. Il faut qu'il se sente libre de pouvoir aborder le sujet s'il en ressent le besoin.
Il faut se blinder un peu pour l'adolescence, les ados adorent taper la ou ça fait mal mais ils aiment toujours autant leurs parents. S'il sent que le mode de conception n'est pas clair dans l'esprit de ses parents il attaquera la dessus.
A cet âge vont surgir les questions sur l'anonymat. Les adolescents ont parfois peur de sortir sans le savoir avec leur demi-frères ou soeurs donc il faut les rassurer la dessus.
Et surtout si on ressent une difficulté pour le dire ou si l'enfant à l'air de mal gérer les choses, ne jamais hésiter à consulter ponctuellement un psychologue ou un psychiatre qui pourra aider à trouver les mots.

Bon je sais que "il faut" c'est un peu facile mais ce sont des pistes, j'aurai bien voulu que mes parents aient tout ces conseils :)

Avatar du membre
Smerdiala

Fivette d'or
Messages : 571
Enregistré le : 17 décembre 2014
Mon centre de PMA : Espagne
Centre étranger : Eugin (Barcelone)
Âge : 35

Message non lu par Smerdiala » 04 sept. 2017 à 15:58

ClaireB a écrit :
04 sept. 2017 à 15:21
Bonjour,

Je ne me fais aucun soucis pour le lien entre lui et votre fille. C'est normal de se poser des questions au début mais l'attachement se fait vraiment naturellement et il est même très fort puisque c'est un enfant très désiré. Votre fille va l'appeler papa et l'adorer et ce sera la même chose de son côté. Dès le premier jour il ne doutera plus du fait qu'il s'agit de sa fille et ce pour toujours.

Je l'ai découvert à l'âge de 22 ans après de long doutes parce que je ne ressemblais pas assez à mes parents. Evidemment j'ai beaucoup souffert et c'est l'exemple à ne pas suivre. Pour les enfants conçus à mon époque le secret a été massif parce que les parents ne savaient pas comment s'y prendre et étaient relativement seuls. Ils se sont dit qu'il me le dirait lorsque ma mère était enceinte. Puis ils se sont dit on le dire plus tard. Et après cela est devenu trop difficile. Les parents ont tendances à repousser parce qu'ils ne trouvent pas les mots ou attendent le moment idéal (qui ne vient jamais) et après ils se retrouvent coincé parce que l'enfant est déjà "grand". Même affronter un enfant de 8 ans pour lui raconter ça est complexe. J'en veux beaucoup aux CECOS de ne pas accompagner les parents sur ce point.

Le moins compliqué pour un enfant c'est de le dire tout de suite, très jeune. Dès l'âge de 3 ans on peut commencer à lui dire en réaffirmant l'amour qu'on a pour lui et en se servant de support comme lire des histoires sur le sujet. Par exemple: Le mystère des graines à bébé, Ed. Albin Michel Jeunesse, 27 février 2008. Je sais qu'il y en a d'autres. C'est bien de le lire avec les deux parents puisque c'est un projet de couple.
Si la mère en parle seule avec l'enfant il peut penser que cela gêne le père et qu'en posant des questions il le blessera.
Plus le père et le couple est à l'aise sur le sujet, plus l'enfant se sentira libre de poser toutes ses questions (qui sont parfois un peu étrange) et il n'en souffrira jamais. :)
Il faut qu'en amont le couple n'ait plus peur (d'y penser, de l'évoquer) de l'autre parent biologique avec qui ils ont eu cet enfant. L'enfant sent bien inconsciemment la peur chez ses parents et cela peut le bloquer. Mon père se sentait menacé par "cet autre père biologique" qui en plus "n'était pas stérile lui" et avait peur de se sentir remplacé ou moins aimé. Alors que pour un enfant puis un adulte la question ne se pose jamais: mon père c'est lui.

Il faut en reparler au fur et à mesure que l'enfant grandit et répondre a ses questions qui peuvent évoluer. Malheureusement je n'ai pas encore trouvé de livre pour les 8-10 ans. Il faut qu'il se sente libre de pouvoir aborder le sujet s'il en ressent le besoin.
Il faut se blinder un peu pour l'adolescence, les ados adorent taper la ou ça fait mal mais ils aiment toujours autant leurs parents. S'il sent que le mode de conception n'est pas clair dans l'esprit de ses parents il attaquera la dessus.
A cet âge vont surgir les questions sur l'anonymat. Les adolescents ont parfois peur de sortir sans le savoir avec leur demi-frères ou soeurs donc il faut les rassurer la dessus.
Et surtout si on ressent une difficulté pour le dire ou si l'enfant à l'air de mal gérer les choses, ne jamais hésiter à consulter ponctuellement un psychologue ou un psychiatre qui pourra aider à trouver les mots.

Bon je sais que "il faut" c'est un peu facile mais ce sont des pistes, j'aurai bien voulu que mes parents aient tout ces conseils :)
Merci de ton message clair et détaillé.

Ce sera un moment douloureux... j'espère surtout que notre fille comprendra que le don était surtout un message d'amour entre son papa et moi. Je n'allais pas quitter l'homme de ma vie parce qu'il ne pouvait pas me rendre maman !

Mon mari doute, se disant qu'il n'aimera peut-être pas ce bébé.
On verra bien.

Et toi, ClaireB, tu viens sur ce forum car tu es sur le point de devenir maman ?
IAD en avril 2016 : notpregnant
IAD en décembre 2016 : notpregnant
IAD en avril 2017 : cigooogne pray
Miracle, c'est testpositif

1e écho : le 20 juin
2ème écho : 22 août. Tout va bien. C'est une :girl:
3e écho : le 3 novembre.
Notre adorable petite fille est née le 19 décembre (45 cm et 2.950 kg) pink
C'est notre plus beau cadeau de Noël :amour: